Municipales : pour Richard Ferrand la loi "PLM" est un "dysfonctionnement"
News
Orange avec Media Services - 05 juillet 2020 à 20h14
Jean Castex fixera le cap politique "en milieu de semaine prochaine"
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 21h42
Municipales à Marseille : Alain Delon soutient Samia Ghali
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 19h27
Marseille : Martine Vassal (LR) abandonne au profit de Guy Teissier (LR), un deuxième candidat se déclare
News
Orange avec Media Services - 02 juillet 2020 à 16h49
"J'aurais dû venir avec une paire de couilles, peut-être que j'aurais eu le droit de parler", s'agace Brune Poirson
News
Orange avec AFP-Services - 29 juin 2020 à 15h58
Municipales : Patrick de Carolis met fin à 19 ans de communisme à Arles en devenant le maire de la ville
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 14h10
Nord : un fils ravit le siège de maire à son père
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 13h00
Municipales : Lyon, Bordeaux, Besançon... Ces villes remportées par les écolos
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h21
Municipales : les candidats LFI "ont permis" que les coalitions écologistes l'emportent, estime Eric Coquerel
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h05
Municipales : "Ce n'est pas une bonne soirée pour LREM", reconnaît Stanislas Guérini
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 11h13

Municipales 2020 : Marine Le Pen en meeting pour soutenir sa sœur Marie-Caroline à Calais

Municipales 2020 : Marine Le Pen en meeting pour soutenir sa sœur Marie-Caroline à Calais
Marine Le Pen est en meeting à Calais ce mercredi 11 mars pour soutenir la liste sur laquelle se trouve sa sœur

, publié le mercredi 11 mars 2020 à 13h00

La présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, est à Calais ce mercredi 11 mars dans le cadre de la campagne des municipales pour apporter son soutien à la liste de Marc De Fleurian, sur laquelle se trouve sa sœur aînée Marie-Caroline. 

Marie-Caroline Le Pen revient à la politique. La sœur aînée de Marine Le Pen se présente sur la liste RN de Marc De Fleurian, à Calais.

Elle n'avait plus exercé de fonction politique depuis 2004 date à laquelle se terminait son mandat de conseillère régionale d'Île-de-France. L'aînée des trois filles Le Pen, qui est aussi l'épouse de Philippe Olivier, eurodéputé et conseiller spécial de Marine Le Pen, est "ravie" de figurer à la 18e place de la liste RN menée par l'ancien militaire Marc de Fleurian à Calais. Pour Marie-Caroline Le Pen, 60 ans, le nom de sa sœur et de son père reste un "atout". "Bien sûr, c'est un atout. Et si je peux m'en servir et en faire profiter la liste (...) j'en serais ravie !", avait-elle déclaré fin février lors de la présentation à la presse de cette liste. Mercredi à Calais, Marine Le Pen donnera une conférence de presse à 16 heures suivie d'une rencontre avec des habitants. 


L'immigration au cœur de la campagne

A Calais, où des centaines de migrants continuent de se presser dans l'espoir de rejoindre l'Angleterre, Marie-Caroline Le Pen dénonce le bilan de la maire LR sortante, Natacha Bouchart, donnée favorite aux municipales et soutenue par La République en marche (LREM). Elle met en garde les Calaisiens contre "l'immigration de transit" qui, selon elle, "peut se transformer en immigration de peuplement". En dépit de sondages défavorables, le couple Olivier-Le Pen promet une "surprise" à ce scrutin, faisant valoir que Marine Le Pen était arrivée victorieuse dans la ville à la présidentielle de 2017 avec 57% des voix. Le RN y a aussi distancé le parti d'Emmanuel Macron aux européennes en 2019 avec 41,5% des voix, contre 12,4% pour LREM. L'Ifop donne à la liste du RN 12% des voix face à Natacha Bouchart, soutenue par LREM, qui pourrait l'emporter dès le premier tour avec 56% des voix. La liste de gauche menée par Virginie Quenez est créditée de 25%. 

Reniée par son père, réhabilitée par sa sœur

Longtemps vue comme celle qui pourrait succéder à son père Jean-Marie, Marie-Caroline Le Pen s'était engagée très jeune. En 1997, elle a notamment été candidate aux législatives dans les Yvelines. La sœur aînée s'est ensuite brouillée en 1998 avec le clan familial en ralliant, avec son mari, le MNR (Mouvement national républicain) de Bruno Mégret, dont elle a démissionné en 2000. Son père la renie alors en direct au "20 heures" de TF1 en fustigeant les "femmes qui ont l'habitude de suivre leur mari ou leur amant plutôt que leur père". Puis lors de la campagne des législatives en 2007, elle accompagne Marine Le Pen sur des marchés du Pas-de-Calais. Et en 2011, Cette dernière déclare publiquement avoir "totalement pardonné" à sa sœur, qui a réintégré en 2016 le FN.

Des listes dans 410  communes 

Le RN a déposé des listes dans 410 communes françaises a confirmé Marine Le Pen dans une interview donnée au quotidien Ouest-France. C'est moins qu'en 2014, mais la présidente du parti ne considère pas cela comme un handicap, au contraire. Elle voit plus loin. "Nous avons construit cette campagne en pensant aux suivantes, à commencer par celles des communautés d'agglomérations, persuadés que nous pouvons en remporter, mais aussi les départementales et les régionales de 2021", conclut-elle. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.