Le Havre : un front uni de parlementaires pour faire "battre Philippe"

Le Havre : un front uni de parlementaires pour faire "battre Philippe"
Le Premier ministre Edouard Philippe.
A lire aussi

, publié le mercredi 17 juin 2020 à 19h50

Sept parlementaires appellent ainsi à voter pour le député PCF Jean-Paul Lecoq au deuxième tour des municipales. 


Les sept parlementaires veulent engager un "combat" contre "un Premier ministre qui incarne parfaitement le macronisme", selon les mots de Corinne Narassiguin, numéro 2 du parti socialiste.

Avec elle, des parlementaires de plusieurs régions, dont un EELV, pour soutenir la candidature de Jean-Paul Lecoq, malgré l'absence de fusion de sa liste avec celle regroupant écologistes et socialistes.

"Tous ici à cette table, bien sûr nous aurions souhaité que ce rassemblement se traduise aussi dans la fusion des listes mais nous respectons les décisions locales" a ajouté Corinne Narassiquin.


A ses côtés se trouvaient le député européen EELV, ex-maire de Grande-Synthe (Nord) Damien Carême, les députés François Ruffin (LFI, Somme), Clémentine Autain (LFI, Seine-Saint-Denis), Mathilde Panot (LFI, Val-de-Marne), Guillaume Gontard (DVG, Isère), Fabien Roussel (PCF, Nord), et la sénatrice Sophie Taillé-Polian (Génération.s).

Damien Carême a assuré que personne à EELV ne lui a reproché sa participation à cette conférence de presse. "J'ai pas demandé à EELV.

J'ai eu Alexis (Deck, candidat écologiste tête de la liste EELV-PS qui a fait 8,28% le 15 mars au Havre, NDLR) ce matin au téléphone", a-t-il ajouté. Dans cette liste se trouvait le secrétaire du PS au Havre qui a appelé début juin à voter pour Jean-Paul Lecoq, contrairement à Alexis Deck.

Mardi lors d'une visioconférence de presse le secrétaire national d'EELV Julien Bayou a regretté qu'au Havre son parti se soit "retrouvé face à une véritable oukase sur notre tête de liste. Il s'est retiré et malgré ça la liste PCF n'a pas souhaité fusionner, ni avec les écologistes ni avec les socialistes". EELV Normandie avait appelé début juin "à faire barrage à la droite".

Jean-Paul Lecoq avait alors expliqué qu'il ne pouvait demander aux membres de sa liste, "aux deux tiers citoyenne", de la quitter, après ses 35,88% du 15 mars, derrière Edouard Philippe à 43,60%. Au Havre mercredi les parlementaires ont tous fustigé le gouvernement Philippe. François Ruffin a appelé à "battre" "l'homme du glyphosate", "l'homme de la suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune", "l'homme des retraites", "l'homme de Macron". Jean-Luc Mélenchon est annoncé vendredi au Havre aux côtés du candidat Lecoq.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.