Hidalgo officiellement réélue à Paris, avec une équipe de 37 adjoints

Chargement en cours
L'ex-jounaliste Audrey Pulvan en compagnie de la maire de Paris Anne Hidalgo, le 3 juillet 2020 lors de la réunion du Conseil de Paris.
L'ex-jounaliste Audrey Pulvan en compagnie de la maire de Paris Anne Hidalgo, le 3 juillet 2020 lors de la réunion du Conseil de Paris.
1/3
© AFP, Bertrand GUAY

, publié le vendredi 03 juillet 2020 à 17h55

Il y a les nouveaux comme l'ex-journaliste Audrey Pulvar et l'ex-rugbyman Pierre Rabadan, et les élus rompus à l'exercice : Anne Hidalgo a dévoilé vendredi une armada de 37 adjoints après avoir été officiellement réélue à la mairie de Paris.

"Je continuerai le chemin ouvert durant mon mandat précédent", a déclaré la maire socialiste qui, alliée aux écologistes, était arrivée largement en tête au second tour des municipales dimanche dernier, loin devant Rachida Dati (LR) et Agnès Buzyn (LREM).

Elue sur un programme résolument écologique, elle a été confirmée pour un nouveau mandat de six ans devant les 162 conseillers de Paris qui ont voté à 96 voix pour elle.

"Je suis particulièrement émue et consciente de la responsabilité que vous me confiez. Nous sommes la dernière génération à pouvoir agir avant qu'il ne soit trop tard", a ajouté Anne Hidalgo, qui a promis de transformer la ville pour l'"adapter au changement climatique".

La droite a décidé de ne pas présenter de candidat. Pour autant, Rachida Dati a assuré que son groupe serait "une opposition responsable, constructive et exigeante", et promis de préparer "l'alternance".

C'est également au cours de ce conseil de Paris, que l'exécutif a été présenté et élu, composé de 37 adjoints (dont 19 hommes et 18 femmes, 25 venus de "Paris en Commun", 5 écologistes, 4 communistes et 3 élus de Générations) contre 27 en fin de mandature précédente et 21 en 2014. L'équipe sera également renforcée de trois conseillers délégués. 

"On est dans ce que pratiquait Bertrand Delanoë", a estimé Anne Hidalgo, interrogé par l'AFP et Le Monde, assurant que "ça ne coûte pas un centime de plus" dans le budget de la Ville de Paris.

Dans sa nouvelle composition, Emmanuel Grégoire restera Premier adjoint de la maire et aura en charge le lourd portefeuille de l'urbanisme. Le socialiste Paul Simondon devient adjoint en charge des finances, et le communiste Ian Brossat gardera le logement.

Après avoir longtemps décliné, le candidat EELV David Belliard a finalement accepté de rejoindre l'équipe et devenir adjoint en charge des Transports.

Aux côtés des élus rompus à la vie politique, plusieurs personnalités civiles héritent de portefeuilles comme l'ancienne journaliste Audrey Pulvar, qui sera en charge de l'alimentation durable, l'ex-rugbyman Pierre Rabadan, aux sports et Jeux Olympiques, ou le militant Jean-Luc Romero, aux droits humains.

- "Plus de fraîcheur" -

Deux délégations apparaissent : celle en charge de "la Seine", confiée à Pierre Aidenbaum, et la "construction publique et suivi des chantiers" confiée au communiste Jacques Baudrier.

"Oui, j'ai compris qu'il y avait eu des problèmes", a ironisé la maire de Paris, longtemps critiquée pour les incessants travaux en cours dans la capitale.

Dans cette nouvelle équipe, "on a mélangé des jeunes et des moins jeunes, des élus expérimentés et d'autres qui ne le sont pas", a par ailleurs relevé Anne Hidalgo. 

"Quand on arrive de la société civile, on est peut-être un peu plus fonceur... On ne voit pas les blocages et on y va", a commenté l'ancien joueur du Stade français, Pierre Rabadan. "On a une vision moins politique, mais plus de fraîcheur", a plaisanté celui qui était depuis 2015 conseiller spécial de la maire.

"Toute ma vie j'ai été à des endroits où on ne m'attendait pas", a glissé Audrey Pulvar. A chaque expérience, "au début, on est très perdu, mais il faut savoir faire de ses défauts des qualités. "J'espère ne pas prendre trop de temps pour apprendre".

En attendant le conseil de Paris qui se tiendra fin juillet, Anne Hidalgo fera son premier déplacement à la Commission européenne "pour renforcer la relation entre Paris et la Commission européenne et la relation entre les maires européens".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.