Buzyn « la buse », Griveaux et son « idée à la con par jour » : Alévêque dérape au meeting d'Hidalgo

Buzyn « la buse », Griveaux et son « idée à la con par jour » : Alévêque dérape au meeting d'Hidalgo©Panoramic
A lire aussi

, publié le jeudi 27 février 2020 à 19h45

Le Parisien revient sur la sortie polémique de l'humoriste Christophe Alévêque. Lors d'un meeting d'Anne Hidalgo, il n'a pas hésité à critiquer vivement les adversaires de la maire sortante de Paris.

C'est un trait d'humour qui n'a pas plu à tout le monde.

Le Parisien rapporte le discours assez musclé de l'humoriste Christophe Alévêque. À l'occasion d'un meeting d'Anne Hidalgo, il est monté sur scène et n'a pas hésité à égratigner plusieurs opposants à la maire sortante de Paris. Un discours qui a fait grincer des dents.


En ligne de mire de l'artiste, La République en Marche n'a pas été épargnée. Christophe Alévêque a d'abord évoqué l'ancien candidat à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux. « Griveaux me manque, il mettait l'ambiance, il avait une idée à la con par jour... Mais heureusement, Villani a pris le relai », a-t-il ironisé. Christophe Alévêque n'a pas non plus manqué d'évoquer la nouvelle candidate LREM, Agnès Buzyn, qu'il appelle « la buse ».

L'artiste était visiblement prêt à critiquer tous les rivaux de l'élue socialiste pour les prochaines élections municipales. « Il y a des écolos dans la salle ? Le problème des écolos, c'est quand ils font des scores à une élection. La dernière fois, c'était aux Européennes, ils ne se sentent plus pisser et à la fin ils se pissent dessus », a-t-il déclaré dans des propos relayés par Le Parisien.

Indignation chez les opposants

Si les répliques acerbes de Christophe Alévêque ont trouvé leur public au meeting, elles ont scandalisé l'opposition qui n'a pas hésité à interpeller Anne Hidalgo. « Se servir d'un humoriste pour critiquer bassement ses adversaires est indigne du débat démocratique. Je vous encourage vivement à plus de dignité dans la suite de la campagne », dénonce sur Twitter Paul Midy, directeur de campagne d'Agnès Buzyn.

Marlène Schiappa n'a pas tardé à réagir à ces attaques envers LREM. Elle suspecte Anne Hidalgo de tout manigancer et d'être la femme derrière ce discours. « Dans la société du ricanement, des responsables politiques agrémentent leurs meetings d'interventions d'humoristes. C'est pratique, on peut faire insulter les opposants tout en gardant les mains propres et en cas de protestation, on peut dégainer le point Coluche du débat », accuse-t-elle sur son compte Twitter.

Contactée par Le Parisien, l'équipe d'Anne Hidalgo n'a pas souhaité réagir. De son côté, Christophe Alévêque assure que la maire de Paris n'a pas réclamé qu'il prenne position de cette manière. Il juge son intervention justifiée. « Anne Hidalgo est d'une politesse infinie, quand on voit ce qu'elle se prend dans la tête par ses opposants. Je me suis dit que je vais rééquilibrer », explique-t-il au Parisien. « L'époque a changé, un vrai ordre moral nous est tombé dessus. Il y a 15 ans, même le camp adverse aurait rigolé. »
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.