Agnès Buzyn candidate à Paris : "Quand on est ministre on devrait mener à bien les sujets", fustige Philippe Martinez

Agnès Buzyn candidate à Paris : "Quand on est ministre on devrait mener à bien les sujets", fustige Philippe Martinez
Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, le 6 février 2020 à Paris.

, publié le lundi 17 février 2020 à 10h44

La candidature d'Agnès Buzyn pour les municipales à Paris, en remplacement de Benjamin Griveaux, suscite la défiance de l'opposition, qui dénonce un "abandon de poste" de la part de celle qui était jusque alors en charge des dossiers épineux sur la réforme des retraites, de la crise à l'hôpital public et de l'épidémie de coronavirus.

"J'y vais pour gagner": Agnès Buzyn a annoncé dimanche 16 février sa candidature à la mairie de Paris, où lui revient la délicate mission de porter les couleurs de La République en marche (LREM) pour remplacer en urgence Benjamin Griveaux, qui a renoncé après la diffusion de vidéos sexuelles. Elle est remplacée au ministère des Solidarités et de la Santé par le députée LREM Olivier Véran.




À moins de trente jours du premier tour le 15 mars, c'est un nouveau rebondissement majeur dans cette campagne.

Vendredi encore, Agnès Buzyn disait sur France Inter qu'elle ne "pourrait pas" être candidate en raison de son agenda "très chargé" et du "surcroît de travail" provoqué par la crise du coronavirus. Elle était également chargée de l'épineux dossier de la réforme des retraites et de gérer la crise à l'hôpital public.

"Quand on est ministre, on est ministre et on devrait mener à bien les sujets", a fustigé lundi le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez. "Il y en a quelques-uns dans la santé, je pense évidemment à la réforme des retraites mais aussi au malaise à l'hôpital qui dure depuis des mois", a-t-il relevé sur le plateau de LCI.




"Soit on est ministre et on a son boulot à faire, soit on fait autre chose... Mais il n'y a pas qu'elle, il y a le Premier ministre, il y a M. Darmanin", a-t-il ajouté. Ni Édouard Philippe, candidat au Havre, ni le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, candidat à Tourcoing, n'ont quitté le gouvernement pour mener campagne. "L'avenir de l'hôpital public" est "un sujet qui mérite toute l'attention de la ministre et du gouvernement", a jugé Philippe Martinez, "je ne comprends pas que des ministres en charge de dossiers aussi importants décident de quitter leur poste et de faire autre chose".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.