Municipales : pour Richard Ferrand la loi "PLM" est un "dysfonctionnement"
News
Orange avec Media Services - 05 juillet 2020 à 20h14
Jean Castex fixera le cap politique "en milieu de semaine prochaine"
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 21h42
Municipales à Marseille : Alain Delon soutient Samia Ghali
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 19h27
Marseille : Martine Vassal (LR) abandonne au profit de Guy Teissier (LR), un deuxième candidat se déclare
News
Orange avec Media Services - 02 juillet 2020 à 16h49
"J'aurais dû venir avec une paire de couilles, peut-être que j'aurais eu le droit de parler", s'agace Brune Poirson
News
Orange avec AFP-Services - 29 juin 2020 à 15h58
Municipales : Patrick de Carolis met fin à 19 ans de communisme à Arles en devenant le maire de la ville
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 14h10
Nord : un fils ravit le siège de maire à son père
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 13h00
Municipales : Lyon, Bordeaux, Besançon... Ces villes remportées par les écolos
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h21
Municipales : les candidats LFI "ont permis" que les coalitions écologistes l'emportent, estime Eric Coquerel
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h05
Municipales : "Ce n'est pas une bonne soirée pour LREM", reconnaît Stanislas Guérini
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 11h13

Affaire Griveaux : l'avocat Juan Branco pourrait avoir joué un rôle dans la diffusion des images

Affaire Griveaux : l'avocat Juan Branco pourrait avoir joué un rôle dans la diffusion des images©Panoramic

, publié le vendredi 14 février 2020 à 17h50

Le Point revient sur le rôle intriguant qu'aurait joué Juan Branco dans la divulgation de vidéos intimes impliquant Benjamin Griveaux. Cet avocat est notamment en charge de la défense de Piotr Pavlenski, un militant revendiquant la diffusion de ces images.

Qui voulait la peau de Benjamin Griveaux ? Le Point revient sur les personnes qui se seraient activées en coulisses pour faire paraître les vidéos intimes de l'homme politique.

Ce dernier a annoncé vendredi 14 février se retirer de la course à la mairie de Paris en 2020 en raison de la diffusion de ces images. Juan Branco, avocat sulfureux, pourrait avoir joué un rôle dans l'explosion de ce scandale.


Il est notamment en charge de la défense de l'activiste Piotr Pavlenski. Cet individu, connu pour s'être cloué le scrotum sur les pavés de la place Rouge à Moscou ou bien mutilé l'oreille droite pour dénoncer les pratiques psychiatriques en Russie, a revendiqué la révélation des vidéos compromettantes. Un acte qu'il avait prémédité en l'évoquant auprès de son avocat. « Il m'a consulté comme avocat. J'ai compris que, pour lui, c'était un acte politique. De la même façon qu'il s'était opposé au régime de Poutine, il était prêt à tout pour s'opposer au régime de Macron qu'il considère comme tout aussi répressif », reconnaît Juan Branco au Point.

Juan Branco aurait tenté de faire diffuser les vidéos dès le début du mois

Les investigations du Point tendent à considérer que Juan Branco a joué un rôle dans la divulgation de ses vidéos. Outre le fait d'avoir été consulté par son client, il aurait réfléchi aux manières de diffuser ses documents dès le début du mois de février. C'est ce que rapportent plusieurs sources au magazine. Interrogé à ce sujet, l'avocat n'a pas souhaité s'exprimer.

Par le passé, Juan Branco avait déjà fait parler de lui pour une autre affaire. En octobre 2018, il avait lui-même révélé sur son compte Twitter l'homosexualité de Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse.

Selon Piotr Pavlenski, cet épisode ne serait que le premier d'une longue série de vidéos visant d'autres hommes politiques. Une stratégie politique que son avocat tente d'expliquer. « Je suis parti du présupposé qu'il savait ce qu'il faisait. [...] Mais il ne touche qu'aux personnes qui font le jeu de la peopolisation. Avec ce que Benjamin Griveaux a fait avec Mimi Marchand, Piotr Pavlenski considère ça comme légitime », analyse-t-il. Mimi Marchand, patronne de l'agence de paparazzis Bestimage, avait mis en une du magazine Paris Match Benjamin Griveaux et son épouse.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.