Municipales : pour Richard Ferrand la loi "PLM" est un "dysfonctionnement"
News
Orange avec Media Services - 05 juillet 2020 à 20h14
Jean Castex fixera le cap politique "en milieu de semaine prochaine"
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 21h42
Municipales à Marseille : Alain Delon soutient Samia Ghali
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 19h27
Marseille : Martine Vassal (LR) abandonne au profit de Guy Teissier (LR), un deuxième candidat se déclare
News
Orange avec Media Services - 02 juillet 2020 à 16h49
"J'aurais dû venir avec une paire de couilles, peut-être que j'aurais eu le droit de parler", s'agace Brune Poirson
News
Orange avec AFP-Services - 29 juin 2020 à 15h58
Municipales : Patrick de Carolis met fin à 19 ans de communisme à Arles en devenant le maire de la ville
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 14h10
Nord : un fils ravit le siège de maire à son père
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 13h00
Municipales : Lyon, Bordeaux, Besançon... Ces villes remportées par les écolos
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h21
Municipales : les candidats LFI "ont permis" que les coalitions écologistes l'emportent, estime Eric Coquerel
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h05
Municipales : "Ce n'est pas une bonne soirée pour LREM", reconnaît Stanislas Guérini
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 11h13

Abstention : Jean-Luc Mélenchon y voit "une grève civique" des Français

Abstention : Jean-Luc Mélenchon y voit "une grève civique" des Français
Jean-Luc Mélenchon, le 6 juin à Marseille.

, publié le dimanche 28 juin 2020 à 22h16

Grand fait marquant du deuxième tour des élections municipales, l'abstention est percue par le chef de file des Insoumis comme "une grève civique" et "une insurrection froide" des Français.

Une alerte quant à l'état de notre démocratie. C'est ce que lit Jean-Luc Mélenchon, le chef de file des Insoumis, dans la vague d'abstention historique qui a marqué le deuxième tour des élections municipales.


Il s'est inquiété "d'une grève civique", "d'une forme d'insurrection froide contre toutes les institutions du pays" dimanche 28 juin.

"C'est donc un moment compliqué, dangereux, de la vie de la nation qui se présente devant nous", a-t-il estimé, alors que plus de six électeurs sur dix ont boudé les urnes. 

"Il est très difficile de tirer des enseignements d'une situation dans laquelle tant de gens s'abstiennent, où il y a un tel néant civique qui se dresse en face des listes", a-t-il continué, ajoutant que les élections municipales "auront surtout pourvu à l'aggravation de la crise civique dans ce pays".

"L'heure du grand changement doit sonner"

"C'est donc l'heure du renouveau politique qui doit sonner. C'est donc l'heure du grand changement, grand changement des institutions, grand changement des politiques sociales, grand changement des politiques écologiques et naturellement, ce n'est pas avec ceux qui sont en place que ce changement peut avoir lieu", a-t-il développé. 

Il a par ailleurs souligné "un échec massif du parti du président de la République, La République en Marche", tandis qu'il comparait les succès "remarquables" d'EELV à "une forme d'assainissement politique contre ceux qui changent d'étiquette et de rôle en cours de route", évoquant les villes dans lesquelles les anciens maires socialistes étaient passés à LREM.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.