Volkswagen s'excuse pour avoir forcé des singes à inhaler des gaz d'échappement

Volkswagen s'excuse pour avoir forcé des singes à inhaler des gaz d'échappement
Le pot d'échappement d'un véhicule Volkswagen à San Francisco, aux États-Unis, le 24 mars 2016.

Orange avec AFP, publié le lundi 29 janvier 2018 à 07h00

C'est une ramification inattendue du dieselgate qui met aujourd'hui Volkswagen dans l'embarras. Le constructeur automobile a présenté des excuses pour avoir mené une étude qui exposait des singes à des gaz d'échappement, a rapporté Bloomberg dimanche 28 janvier.

"Nous nous excusons pour les manquements et le manque de discernement de certaines personnes" ayant conduit à exposer des singes à des gaz d'échappement pour étudier leurs effets sur l'organisme.

Jeudi dernier, le New York Times avait révélé qu'un groupement comprenant Volkswagen, Daimler, BMW et Bosch avait mené cette étude et soumis 10 singes aux gaz d'échappement d'une voiture de modèle Coccinelle. Cette voiture faisait partie de celles modifiées par le constructeur pour améliorer artificiellement ses performances en matière de pollution.

L'ÉTUDE INTERROMPUE AVANT SON TERME

"Nous sommes convaincus que les méthodes scientifiques choisies étaient mauvaises, a indiqué le constructeur dans un communiqué. Il aurait été préférable de ne pas réaliser cette étude." Volkswagen assure avoir mis fin à l'étude en 2017, alors qu'elle n'était pas arrivée à son terme. Daimler -qui a annoncé une enquête- et BMW ont pris leurs distances avec le constructeur allemand, niant avoir participé à la mise en place de l'étude.

En 2015, Volkswagen a reconnu avoir trafiqué 11 millions de véhicules pour qu'ils affichent artificiellement de meilleures performances en matière de rejets polluants. Aux États-Unis, entre les amendes et les accords passés avec la justice, le scandale du Dieselgate a coûté plus de 22 milliards de dollars à Volkswagen.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.