Vincenzo Nibali : "Je peux dire que je l'ai fait"

par euronews-fr

19 jours en jaune, 4 victoires d'étape, plus de 7 minutes d'avance sur son dauphin : Vincenzo Nibali a survolé la 101e édition du Tour de France. A 29 ans, le Requin de Messine a inscrit pour la première fois son nom au palmarès de l'épreuve. Nous l'avons rencontré après son sacre sur les Champs-Elysées.Juan-Antonio Aldeondo, euronews : "L'Italie est un pays avec une grande tradition cycliste, alors dîtes-nous pourquoi il a fallu attendre 16 ans avant de revoir un Italien avec le maillot jaune à Paris ?"Vincenzo Nibali : "Le Tour est une course très importante, qui rassemble des participants du monde entier, et c'est vraiment dur de l'emporter. Avant le succès de Pantani, qui date d'il y a 16 ans, il fallait remonter 33 ans en arrière pour retrouver la précédente victoire italienne avec Gimondi. Il y a beaucoup d'années qui se sont écoulées avant qu'un Italien gagne à nouveau le Tour de France. C'est une compétition de très haut niveau, et c'est pourquoi c'est tellement dur de la gagner."Euronews : "Vous aviez le Tour de France en tête, et plus d'une fois, vous avez dit qu'un jour vous le gagneriez. Est-ce que c'était devenu une obsession ?"Vincenzo Nibali : "Non, au contraire, j'ai essayé de prendre ça avec légèreté, j'ai essayé de courir avec sérénité, en étant détendu. L'année dernière, j'ai participé à la Vuelta, et je l'ai perdu lors de la dernière semaine, j'ai terminé deuxième. Mais à la fin, vous devez accepter la défaite, accepter de finir deuxième ou troisième. C'est comme ça, c'est le cyclisme."Euronews : "Qu'est-ce que ça signifie pour vous d'être l'un des six coureurs de l'histoire à avoir gagné les trois grands Tours ?"Vincenzo Nibali : "C'est quelque chose de spécial, de particulier, parce qu'il y a très peu de gens qui ont fait ça. Le Tour d'Espagne, qui était ma première grande victoire en 2010, m'a énormément apporté. Ensuite, j'ai commencé à travailler très dur pour gagner le Tour d'Italie, car c'est une course très importante pour un Italien...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.