Une normalisation encore frileuse des relations entre les Etats-Unis et l'Iran

par euronews (en français)

L’Union Jack flotte à nouveau dans les jardins de l’ambassade britannique à Téhéran, qui a célébré sa réouverture ce dimanche.

A cette occasion, le chef de la diplomatie britannique Philipp Hammond, s’est montré optimiste.

Il a estimé que la levée des sanctions internationales contre Téhéran pourrait débuter dès le printemps 2016, et que l’accord sur le programme nucléaire pourrait être entériné par Téhéran et le Congrès américain en octobre.

Des prévisions qui laissent Foad Izadi, professeur à l’Université de Téhéran, sceptique :

“Il faut réaliser que l’Iran est un pays indépendant. Le peuple élit ses dirigeants et ce sont ces dirigeants qui décident de la politique étrangère de l’Iran. Et ces politiques ne vont pas être systématiquement sur la même ligne que les États-Unis.“

Samedi, le président iranien Hassan Rohani a dévoilé le dernier-né de ses armes de défense, un missile 313 baptisé Fateh (Vainqueur), d’une portée de 500 km.

Le sujet est délicat. Le programme de missil

Vos réactions doivent respecter nos CGU.