Rendez-vous manqué avec le consensus national en Grèce

par euronews (en français)

“Ce qui était censé être un long débat au parlement a tourné au règlement de comptes entre le gouvernement et les partis d’opposition”, explique, en préambule, Akis Tatsis, du bureau d’euronews à Athènes.

Le Premier ministre avait convoqué les parlementaires pour dresser le bilan de l’accord signé par Athènes avec ses créanciers et demander l’appui de l’opposition dans les futures négociations.

Pas de reddition sans condition

Alexis Tsipras a dit chercher “un compromis honnête” avec les prêteurs de la Grèce mais refuser de signer une “reddition sans condition”.

“Cet accord du 20 février établit qu’une discussion sur la restructuration de la dette est nécessaire, car sans cela – il faut dire la vérité – il nous sera impossible de la rembourser”, a déclaré Alexis Tsipras à la tribune.

Dans un discours d’une vingtaine de minutes, le Premier ministre grec a également mené la charge contre le gouvernement sortant, estimant qu’Antonis Samaras lui avait légué le pays dans un état

Vos réactions doivent respecter nos CGU.