Les djihadistes irakiens de plus en plus proches de Bagdad, les Etats-Unis pensent à intervenir

par euronews (en français)

La progression des djihadistes en Irak se poursuit et Bagdad a de plus en plus peur. Devant la très faible résistance de l’armée – le Premier ministre Maliki l’ayant d’ailleurs accusée de désertion – les combattants de l’Etat Islamique en Irak et au Levant, l’EIIL, contrôlent désormais totalement ou partiellement une grande partie du nord-ouest du pays.

Mossoul, sous contrôle des insurgés depuis mardi, était bombardée dans l’après-midi par l’aviation irakienne.

Si Kirkouk a été reprise par les forces kurdes irakiennes, la plupart des autres villes du Nord étaient ce soir sous contrôle de l’EIIL.

A Tikrit des douzaines de policiers membres d’une unité spéciale ont été fait prisonniers par les djihadistes qui ont saisi leur base.

La dernière ville tombée entre leurs mains ce jeudi est Dhoulouiya, à 90km seulement de Bagdad.

Prochaines étapes sans doute pour les combattants de l’EIIL, les villes saintes chiites de Kerbala et Najaf, dans le centre du pays.

Ce qui est vu par certains médias arabes comme une “révolution sunnite” inquiète beaucoup l’OTAN et les Etats-Unis, qui songent à des frappes aériennes pour soutenir le gouvernement irakien.

Et face à la menace d’un futur Etat irakien sunnite fondamentaliste, certains s’organisent : à Bagdad et Bassorah, des centaines de volontaires sont venus s’inscrire sur les listes de l’armée irakienne et attendent de pied ferme les islamistes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.