José Manuel Barroso : l'heure du bilan

par euronews-fr

Après dix ans à la tête de la Commission européenne, José Manuel Barroso quitte son poste de président. Il part alors que l'économie européenne reste en grande difficulté, plus particulièrement dans certains pays de la zone euro, affectés par un chômage de masse et une stagnation économique. Fredéric Bouchard, responsable du bureau de Bruxelles, mène l'interview.

"L'Union européenne est aujourd'hui mal aimée par ses citoyens car synonyme d'austérité, n'est-ce pas là un échec pour vous ou à tout le moins une insatisfaction au moment de quitter votre poste?"

J.M. Barroso : "Bien sûr que je suis très insatisfait quand je vois les sacrifices qu'une grande partie des Européens et des Européennes connaissent. Mais en même temps, j'ai le devoir de dire aux Européens que cette situation n'est pas la faute de l'Europe, c'est une situation qui a été crée par les responsabilités des marchés financiers - d'ailleurs la crise n'a pas commencé en Europe - et aussi par des erreurs accumulées par certains gouvernements, qui n'ont pas pensé en terme d'équilibre, qui ont accumulé des dettes excessives. Donc, l'Europe n'est pas la cause de la crise, l'Europe est au contraire une partie de la solution, c'est grâce à l'Union européenne que nous avons sauvé certains pays qui étaient vraiment au bord de la faillite".

euronews : "Avec néanmoins une grande casse sociale..."

José Manuel Barroso : "La situation est encore difficile, mais soyons juste nous sommes beaucoup mieux maintenant qu'il y a deux ans, où tout le monde, ou plutôt une grande partie de nos partenaires, posaient comme scénario le plus probable l'éclatement de la zone euro".

euronews : "Que feriez-vous différemment si vous pouviez revenir en arrière ?

J.M Barroso : "Tout d'abord, je crois qu'il y a eu un problème de communication, et là je dois dire que je dois en assumer la responsabilité, car malgré tous les efforts, je crois que nous n'avons pas réussi - aussi parce que très souvent il faut le dire les gouvernements n'ont pas collaboré avec nous - à expliquer aux Européens l'origine de la crise, les causes de la crise, ce que nous étions en train de faire, donc à mon avis c'est ça. Mais d'un point de vue politique, il n'y a avait pas beaucoup de marges car la Commission devait agir dans un cadre assez strict qui a été posé par les gouvernements, qui par exemple n'ont pas voulu être parfois plus généreux, avec ceux en difficultés".

euronews : "Vous critiquez un manque de solidarité d'un certain nombre d'Etats membres vis à vis des Etats en difficultés?"

J.M Barroso : "J'aurais préféré une solidarité plus évidente..."

euronews : "Certes, mais qu'est-ce que vous répondez à ceux qui vous disent que vous n'avez pas été suffisamment fermes, que vous auriez pu davantage prendre l'intiative, hausser la voix quand certains Etats montraient un manque de solidarité, je pense notamment à l'Allemagne qui a mis du temps à réagir?"

J.M Barroso : "Non, tout d'abord, nous avons pris l'initiative, toutes les initiatives législatives, la Commission en était à l'origine. S'il y a aujourd'hui une Union bancaire, c'est grâce à la Commission. Je me rappelle la première fois que j'ai parlé de l'Union bancaire, il y avait des capitales qui me disaient: "tu ne peux pas parler d'Union bancaire car ce n'est pas dans les Traités". J'ai dit ce n'est pas dans les Traités c'est vrai, mais nous avons besoin d'une Union bancaire pour réaliser les objectifs des Traités. C'est vrai que pendant la crise, à cause de questions très sensibles dans les marchés, je n'ai pas voulu ajouter ma voix à la cacophonie".

euronews : "Justement est-ce que vous n'auriez pas dû ajouter votre voix et prendre position en tant que Président de la Commission européenne?

J.M Barroso : "Je l'ai fait lorsque c'était nécessaire. J'ai fait des déclarations très fermes demandant à l'Allemagne d'aider la Grèce, en disant que c'était dramatique s'il n'y avait pas une décision favorable à la Grèce. En même temps je suis allé en Grèce dire au gouvernement qu'il devrait mettre fin à la confusion politique s'il voulait mériter la confiance des autres Etats membres. Ce que j'ai fait, c'est discrètement avec les gouvernements, nos partenaires, travailler pour une solution et à la fin nous avons une solution. Et aujourd'hui ces pays sont beaucoup mieux qu'il y a deux ans".

euronews : "Pourtant vous avez été beaucoup critiqué pour votre gestion de la crise de l'euro, comment vous réagissez à ces critiques?"

J.M Barroso : "Les hommes politiques nationaux, quand les choses vont bien, disent que c'est leur mérite, disent que c'est leur succès, quand les choses vont mal, c'est la faute de Bruxelles. C'est la réalité. Nous n'avons pas encore un sens de la responsabilité vraiment européenne, et ça je le regrette, et je l'ai dit à tous les Chefs d'Etat et de gouvernements, ils doivent abandonner cette perspective, parce que ce qui va se passer un jour c'est qu'ils vont avoir besoin de l'appui de leur peuple pour l'Europe, pour qu'i

Vos réactions doivent respecter nos CGU.