Hongrie : le gouvernement Orban réfute les accusations de délit d'initié

par euronews (en français)

Il est montré du doigt après l’arrestation du PDG de la société de courtage Quaestor. Très proche du ministre hongrois des Affaires étrangères, Csaba Tarsoly a été interpellé avec deux autres dirigeants suite à la faillite de cette entreprise.

Problème, la chute du dirigeant a provoqué un chaos financier dont certains ont réussi à s’extraire et en particulier des proches du pouvoir conservateur. Il y a deux jours, le tout-puissant Premier ministre Viktor Orban avait demandé le retrait de tous les fonds publics de cette maison de courtage pour éviter dit-il “un effet-domino et prémunir l’argent de l‘État”.

L’opposition socialiste dénonce l’attitude du Premier ministre conservateur et appelle à la démission du gouvernement : “le gouvernement a mis l’argent de ses alliés et de ses proches à l’abri, mais il a laissé les citoyens dans la difficulté. M. Orban a outrepassé ses prérogatives et il n’est plus habilité à rester le Premier ministre de la Hongrie. Il devrait démissionner”, affi

Vos réactions doivent respecter nos CGU.