Colère en Italie : les migrants dont la population ne veut pas

par euronews-fr

Des matelas en feu. La colère des Italiens gronde face aux migrants. Ici dans la région de Trévise, dans le nord du pays, ils ont brûlé du matériel donné aux demandeurs d’asile. Ce que les habitants de Quinto ne supportent pas, c’est qu’une centaine de migrants soient hébergés dans les appartements vides de leur immeuble. Alors les résidents ont décidé de vivre dans des tentes tant que les nouveaux arrivés ne seront pas chassés. “Je suis désolée, dit une mère de famille, mais je ne payerai pas encore 28 ans de prêt immobilier pour faire vivre mon enfant dans un camp de réfugiés.” Quinto est situé dans le fief de la Ligue du nord, la droite antieuropéenne aux accents xénophobes. “Aucun de ces 19 faux réfugiés n’est Erythréen ou Syrien” Presque au même moment, près de Rome, à Casale San Nicola, une centaine d’habitants manifestent contre l’arrivée d’une vingtaine d’immigrés. Ils sont soutenus par un groupuscule d’extrême droite, Casa Pound. “Notre gouvernement nous impos

Vos réactions doivent respecter nos CGU.