Venezuela: Washington pourrait sanctionner les exportations pétrolières

Chargement en cours
 Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson lors d'une conférence de presse, le 4 février 2018 à Buenos Aires, en Argentine

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson lors d'une conférence de presse, le 4 février 2018 à Buenos Aires, en Argentine

1/2
© AFP, ALBERTO RAGGIO, AFP

AFP, publié le lundi 05 février 2018 à 08h34

Les Etats-Unis envisagent de sanctionner les exportations pétrolières du Venezuela, mais sont conscients de l'impact que cela aurait sur la population de ce pays, a déclaré dimanche à Buenos Aires le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson.

"La situation au Venezuela empire. L'un des aspects à prendre en compte, si l'on adopte des sanctions pétrolières, ce sont les effets que cela aurait sur la population, ce serait une étape qui (...) accélèrerait la fin", a déclaré M. Tillerson lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue argentin, Jorge Faurie, évoquant la possibilité d'"interdire la vente de pétrole (vénézuélien) aux Etats-Unis".

Mais "ne rien faire ce serait aussi demander au peuple du Venezuela de continuer à souffrir pour encore très longtemps", a-t-il ajouté, alors que le pétrole est la seule richesse du pays, lui apportant 96% de ses devises. "Donc nous regardons les options et en particulier, la façon de compenser" l'effet des éventuelles sanctions qui seraient adoptées.

Le secrétaire d'Etat américain, qui effectue une tournée en Amérique latine, s'est dit inquiet face à la "crise humanitaire" que traverse le Venezuela et a appelé à l'organisation d'élections "libres et justes".

Les Etats-Unis, grand partenaire commercial du Venezuela qui lui exporte 750.000 barils par jour, a déjà pris des sanctions individuelles contre de hauts responsables du gouvernement du président Nicolas Maduro et interdit aux citoyens et banques américains toute transaction de dette vénézuélienne.

M. Tillerson a dit avoir parlé avec son homologue argentin "longuement de la question du Venezuela, notamment les étapes qui peuvent être franchies pour augmenter la pression sur le régime de Maduro".

Dans la soirée, le président vénézuélien lui a répondu dans une vidéo publiée sur Facebook: "Je vois que Rex Tillerson est en visite en Argentine, il vient de nous menacer d'un embargo pétrolier. Nous sommes préparés (...), rien ni personne ne va nous arrêter", a-t-il déclaré.

Très impopulaire, Nicolas Maduro a été investi vendredi par le Parti socialiste au pouvoir pour être son candidat à la présidentielle anticipée qui doit se tenir avant fin avril dans ce pays en pleine crise économique. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
16 commentaires - Venezuela: Washington pourrait sanctionner les exportations pétrolières
  • Faut se dépêcher, alors: le Vénézuela libelle déjà une partie de ses ventes en yuans, et non plus en dollars. C'est ce qui provoque l'ire de Washington.

  • LA VERITE
    vraiment les usa sont les vrais semeurs de merde ,ils veulent tout pour eux ils sèment la famine dans beaucoup d'autres états ,pour leurs prendre leurs richesses qui leurs restes

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    rex tillerson n'est pas à une contradiction près dirait on : il constate une situation économique difficile et il avertit qu'il va encore l'aggraver par des sanctions pour "résoudre le problème". et lui c'est quoi son problème ? et après comme tous les politicens américains il va la main sur le coeur nous ânonner : "que Dieu bénisse l'Amérique" (???) vous voyez tous les politiciens européens nous déclarer à longueur de temps "que dieu bénisse notre pays" ? que penseriez vous d'eux. qu'on est dans un pays ..... moderne ou bien archaïque ou bien encore mieux : ......une théocratie ?

  • Les USA veulent s'approprier le pétrole du VENEZUELA, c'est inacceptable. Ce pays est la plus grande dictature du monde, la dictature par le FRIC

  • avatar
    humaminor  (privé) -

    Le président le plus impopulaire de l'Amérique latine est celui du Brésil, Lemer a 5% d'opinion favorable, il est accusé de corruption, comme sa politique convient aux affairistes des EU, pas de sanctions pas d'articles de presse accusateurs, l'ancien président trop populaire est accuser de corruption par un juge dans un pays où la corruption est un mode de vie, comment croire que seule la justice y échappe. Dans tous les cas c'est aux Vénézuéliens et à eux seul de choisir et surtout pas aux affairistes étrangers de s'imposer dans un gouvernement.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]