Venezuela : les deux journalistes de "Quotidien" ont été libérés

Venezuela : les deux journalistes de "Quotidien" ont été libérés
Des policiers à proximité du palais présidentiel à Caracas, au Venezuela, le 2 juin 2016 (photo d'archives).

, publié le jeudi 31 janvier 2019 à 17h00

Pierre Caillé et Baptiste des Monstiers ont été interpellés mardi, à proximité du palais présidentiel à Caracas. L'émission de TMC et l'ambassadeur de France dans le pays annoncent leur libération, qu'avait réclamée le Quai d'Orsay dans la journée. 

"Heureux de vous annoncer que Baptiste des Monstiers et Pierre Caillé ont été libérés et seront bientôt de retour à Paris".

L'émission "Quotidien", sur TMC, annonce la bonne nouvelle sur son compte Twitter, jeudi 31 janvier, au lendemain de l'arrestation de ses deux reporters. Les deux hommes, "soulagés et un peu fatigués", "vont bien et vont quitter le Venezuela dans quelques heures", précise l'ambassadeur de France au Venezuela, Romain Nadal.


Les deux journalistes ont été arrêtés mardi, près du palais présidentiel de Miraflores à Caracas. Pierre Caillé et Baptiste des Monstiers filmaient le bâtiment quand ils ont été interpellés. "Deux journalistes français et leur producteur dans le pays, Rolando Rodriguez, sont détenus au palais de Miraflores depuis la mi-journée" mardi, alors qu'ils couvraient un rassemblement de soutien au président Nicolas Maduro, avait précisé le principal syndicat de journalistes au Venezuela, le SNTP (Syndicat national des travailleurs de la presse). "Depuis, le contact a été perdu avec eux", a ajouté le syndicat. Trois journalistes de l'agence espagnole Efe ont également été arrêtés, et deux confrères chiliens expulsés.


Jeudi, le ministère des Affaires étrangères avait "exigé" la libération des deux journalistes de "Quotidien", déclarant "mettre tout en œuvre pour l'obtenir dans les plus brefs délais". "Ces deux journalistes doivent absolument être libérés au plus vite", avait également réclamé Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), jeudi sur Franceinfo. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.