Vaccins anti-Covid : le retard de l'UE pourrait coûter 123 milliards d'euros en 2021

Vaccins anti-Covid : le retard de l'UE pourrait coûter 123 milliards d'euros en 2021
(Photo d'illustration)

publié le jeudi 25 mars 2021 à 15h15

Le retard pris par l'Union européenne sur son calendrier vaccinal est désormais de sept semaines, ce qui pourrait coûter 21 milliards d'euros à la France en 2021 s'il n'est pas comblé, selon les calculs de l'assureur-crédit Euler Hermes.

Alors qu'elle subit une troisième vague de Covid-19, l'Union européenne s'est fixé pour objectif de vacciner 70% de la population d'ici la fin de l'été, l'objectif étant non seulement de protéger sa population mais également de revenir à une vie plus normale le plus rapidement possible. Mais l'accélération du rythme des vaccinations, nécessaire pour y parvenir, est notamment entravée par les retards de livraison du vaccin du suédo-britannique AstraZeneca, et la lenteur des campagnes de vaccination.

Ce qui pourrait coûter très cher.

Le retard sur le calendrier vaccinal est désormais de sept semaines contre cinq début février et pourrait coûter aux Vingt-Sept 123 milliards d'euros en 2021, contre 90 milliards d'euros initialement estimés avec le retard de cinq semaines, selon un calcul rendu public jeudi 25 mars par l'assureur-crédit Euler Hermes. 

3 milliards d'euros de perte par semaine en France

Pour la France, Euler Hermes évalue également le retard vaccinal à sept semaines et ce retard va lui aussi en s'accentuant. Selon les experts de l'assureur-crédit, "chaque semaine de retard en matière de vaccination pourrait coûter 3 milliards d'euros à l'économie française". Avec sept semaines de retard, on arrivera donc à un coût de 21 milliards d'euros pour l'économie française pour cette année s'il n'est pas comblé.

"En France, on a vacciné plus vite la population vulnérable mais on a besoin de plus que ça", estime Ana Boata, directrice de recherche macroéconomique chez Euler Hermes sur BFM Business. "La France est mieux placée que l'Italie, l'Espagne ou le Portugal sur la dépendance aux services touristiques mais moins bien que l'Allemagne ou les pays de l'Est", précise-t-elle. 

En comparaison, le retard actuel de l'Allemagne, s'il n'est pas comblé, coûtera 20 milliards d'euros à son économie, celui de l'Italie 14 milliards et celui de l'Espagne 21 milliards, a indiqué à l'AFP Ana Boat. "C'est difficile de croire qu'on va fermer ce gap complètement parce qu'on est très retard" en France, souligne-t-elle.

"Plus vite on sort de la crise sanitaire et plus vite on peut stimuler de façon efficace"

Pour Mme Boata, ce retard remet aussi en cause la pertinence d'utiliser dès maintenant des fonds du plan de relance européen. "Il y a des incertitudes et des agents (économiques) qui n'ont pas la volonté de dépenser à cause de ces incertitudes", selon l'économiste.

"C'est pour cela que c'était important de ne pas avoir de retard, car plus vite on sort de la crise sanitaire et plus vite on peut stimuler de façon efficace", explique Ana Boata, les Etats-Unis et le Royaume-Uni étant à cet égard dans une meilleure situation que l'Union européenne.

"Nous, on n'a pas été assez vite, assez fort", a reconnu mercredi soir Emmanuel Macron auprès de la télévision grecque, estimant que l'Europe avait manqué "d'ambition" dans la course aux vaccins, ce qui expliquerait les difficultés qu'elle rencontre aujourd'hui pour se procurer des doses.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.