USA: la chef des démocrates au Congrès lance un avertissement à Bernie Sanders

Chargement en cours
Le candidat aux primaires démocrates Bernie Sanders, le 26 février 2020 à Myrtle Beach, en Caroline du Sud
Le candidat aux primaires démocrates Bernie Sanders, le 26 février 2020 à Myrtle Beach, en Caroline du Sud
1/2
© AFP, JIM WATSON

, publié le jeudi 27 février 2020 à 22h55

La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a lancé jeudi un avertissement au favori des primaires démocrates Bernie Sanders, en martelant qu'un candidat devrait impérativement obtenir une majorité absolue des voix pour décrocher l'investiture du parti et défier Donald Trump.

Après ses bons résultats dans les trois premiers Etats qui ont voté, le sénateur indépendant est, à 78 ans, en excellente position dans la course à l'investiture démocrate pour représenter le parti lors de la présidentielle américaine de novembre. 

Mais la route est encore longue jusqu'à la convention démocrate de juillet, où, selon les règles du parti, un candidat devra afficher une majorité absolue de délégués pour se déclarer vainqueur lors d'un premier tour, et non une majorité simple. 

"La personne qui sera nommée sera la personne qui comptera sur une majorité plus un", a souligné la puissante chef des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, lors d'une conférence de presse. 

Si elle a martelé que le leitmotiv du parti était "rassemblement, rassemblement, rassemblement" derrière celui ou celle qui sera choisi par le parti démocrate pour briguer la Maison Blanche, ses propos contredisent directement Bernie Sanders.

Ce dernier a en effet affirmé que le candidat "comptant le plus de voix" devrait être désigné pour porter les couleurs démocrates. 


"La volonté du peuple devrait l'emporter, oui", a-t-il répondu lors d'un débat démocrate le 19 février, tandis que ses cinq rivaux sur le plateau défendaient les règles du parti, dont l'obligation d'obtenir une majorité absolue. 

On dénombre 3.979 délégués qui sont "assignés" aux différents candidats selon leurs résultats dans les primaires. 

Si personne n'obtenait la majorité lors d'un premier tour (1.991 voix), ces délégués deviendraient libres de voter pour quelqu'un d'autre. Et quelque 770 "superdélégués", des notables et élus du parti privés de vote au premier tour, entreraient en piste, avec le pouvoir de faire basculer le scrutin.

Les rivaux modérés de Bernie Sanders, qui est trop à gauche à leurs yeux, affirment que sa victoire aux primaires mènerait à un nouveau mandat de Donald Trump. 

Les Etats-Unis, un "grand pays", sont assez résistants "pour supporter un mandat de Donald Trump. Mais deux mandats" feraient payer un trop lourd tribut, a mis en garde Nancy Pelosi.

"Il est donc absolument impératif que nous gagnions, et quel que soit notre candidat, il aura notre soutien sans réserve", a-t-elle affirmé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.