Sur le Bosphore, Merkel remercie Erdogan sans omettre ses critiques

Chargement en cours
Photo prise et diffusée le 16 octobre 2021 par la présidence turque, montrant le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) et la chancelière allemande Angela Merkel à la résidence Huber à Istanbul
Photo prise et diffusée le 16 octobre 2021 par la présidence turque, montrant le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) et la chancelière allemande Angela Merkel à la résidence Huber à Istanbul
1/2
© AFP, Murat CETINMUHURDAR, TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE

publié le samedi 16 octobre 2021 à 16h26

Des remerciements et quelques critiques: la chancelière allemande Angela Merkel a salué une dernière fois samedi le président turc Recep Tayyip Erdogan, "un important partenaire" qu'elle a souvent défendu au sein de l'Europe.

Arrivée la veille, la chancelière, qui poursuit une tournée d'adieu après 16 ans à la tête de la première puissance économique européenne, était reçue à Tarabya, l'une des résidences présidentielles les plus spectaculaires sur le Bosphore à Istanbul, où elle a été invitée à déjeuner.

"J'ai été parfois critique face aux développements auxquels nous avons assisté dans le domaine des droits de l'homme et des libertés individuelles", a-t-elle reconnu lors d'une conférence de presse à l'issue de la rencontre.

"La seule chose que je peux vous dire, c'est qu'il en ira de même avec le prochain gouvernement allemand: la relation entre la Turquie et l'Allemagne continuera, avec ses bons et ses mauvais côtés", a-t-elle promis.

De son côté, le président Erdogan, qui a remercié par deux fois sa "chère amie" Angela Merkel, s'est inquiété par avance de la suite: "Il n'est jamais facile de travailler avec une coalition" comme celle qui est en cours de négociations en Allemagne pour la formation du futur gouvernement, a-t-il estimé.

Au cours de ses 16 années à la tête de l'Allemagne, et malgré de sérieuses divergences parfois, voire de fortes tensions après le putsch manqué de juillet 2016 en Turquie, Mme Merkel a toujours veillé à maintenir la porte ouverte entre Berlin et Ankara et évité que l'Europe ne ferme les siennes à son grand voisin.

Partenaire essentiel en Europe de la Turquie, l'Allemagne, où habitent environ trois millions de personnes d'origine turque, selon les dernières estimations officielles, est plusieurs fois intervenue en faveur d'Ankara quand les relations se dégradaient avec l'Union Européenne.

Elle a notamment agi comme un rouage important d'un accord conclu sur la question cruciale des migrants. L'UE a ainsi offert six milliards d'eruos pour que la Turquie retienne les refugiés sur son sol, sans les laisser pousser plus à l'ouest.

Le président turc a d'ailleurs fait valoir samedi que son pays était devenu "une guest-house" (une maison d'hôtes) pour les réfugiés, dont plus de 3,5 millions de Syriens et 300.000 Afghans accueillis actuellement sur son territoire.

La chancelière a rendu hommage à "cette tâche  importante" et garanti que "le soutien européen à la Turquie continuera": "Parce que nous voulons mettre fin au trafic d'être humains, le soutien de l'UE est nécessaire: nous avons déjà versé 4,5 milliards d'euros sur les 6 milliards" convenus.

- Relation personnelle -

La relation particulière de l'Allemagne avec la Turquie, très dépendante de la personnalité de Mme Merkel et de son poids sur la scène européenne, risque de connaître des trous d'air avec la nouvelle équipe à venir à Berlin, estime Günter Seufert, chercheur à l'Institut allemand des affaires internationales et de sécurité.

Les deux dirigeants avaient certes des "relations personnelles difficiles sur bien des points mais ils sont toujours parvenus à sauvegarder une atmosphère de coopération et de travail. L'Allemagne n'a jamais fermé la porte et a toujours laissé un canal ouvert", a indiqué le chercheur à l'AFP.

Grâce à elle, souligne-t-il, les relations sont restées bien meilleures avec Berlin qu'avec les Etats-Unis ou la France. Mais l'avenir, prédit-il, s'annonce nettement plus difficile pour les deux pays, en particulier sur la gestion des migrants: "Quel que soit le nouveau chancelier, il n'aura pas sur la scène européenne le poids ni l'autorité d'Angela Merkel; il lui sera donc beaucoup plus difficile de coordonner la politique européenne comme elle le faisait".

Pour M. Seufert, le départ d'Angela Merkel augure même "des temps difficiles" pour la Turquie.

Car les sources de tensions restent nombreuses entre Bruxelles et Ankara, alimentées notamment par les missions d'exploration gazière menées par la Turquie dans les eaux grecques et chypriotes en Méditerranée orientale, ou par la présence de militaires turcs en Libye. 

Le président Erdogan est en outre vu comme le principal obstacle à la normalisation de la situation à Chypre, toujours coupée en deux, et s'accroche à une "solution à deux Etats" dont l'UE ne veut pas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.