A Lesbos, les réfugiés espèrent que le pape "portera leur voix dans le monde entier"

Chargement en cours
Un réfugié montre une photo du pape à la veille de sa visite à Lesbos, le 4 décembre 2021
Un réfugié montre une photo du pape à la veille de sa visite à Lesbos, le 4 décembre 2021
1/4
© AFP, Louisa GOULIAMAKI

publié le samedi 04 décembre 2021 à 17h12

Derrière le porche de la seule église catholique de Lesbos, une vingtaine de demandeurs d'asile ont été samedi exceptionnellement autorisés à sortir du camp de Mavrovouni, situé à 6 km de là, pour assister à la messe et préparer dans l'euphorie l'arrivée du pape dimanche sur l'île grecque.

Christian Tango, un Congolais de 31 ans, "espère que le pape portera la voix" des réfugiés "dans le monde entier", dit-il à l'AFP avant d'entrer dans la chapelle de Notre-Dame-de-l'Assomption, construite en 1843 par des Franciscains français.

Comme tous les autres exilés, Christian Tango n'est autorisé à quitter le camp qu'une fois par semaine. Mais dimanche, il aura la chance de parler au pape François.

"Le pape connaît très bien la réalité des réfugiés, bien mieux que les hommes politiques et les dirigeants européens", estime le réfugié, qui a perdu sa femme et sa fille de 8 ans, lors de son périlleux voyage vers la Grèce. 

Pour la visite du pape, la seconde en cinq ans à Lesbos, près de 850 policiers ont été déployés dans l'île, l'accès au camp a été strictement restreint même aux journalistes, et 93 tentes ont été remplacées par des conteneurs bénéficiant de l'électricité. 

Sur l'île grecque, emblématique de la crise migratoire où des milliers de migrants ont débarqué en 2015, la foule de demandeurs d'asile catholiques est euphorique.

"Demain, c'est le plus beau jour de ma vie, je ne pensais pas qu'un jour, j'aurais l'occasion de voir le pape de mes propres yeux", se réjouit Berthe N'Goyo, qui fait partie des dix heureux élus qui vont chanter pour le pape.

La Camerounaise, arrivée il y a seulement trois mois sur l'île, fredonne : "nous sommes rassemblés dans ton amour".

"La foi me permet d'avancer, et de dépasser toutes les épreuves de ma vie, l'exil, le voyage durant lequel mon canot s'est renversé en pleine mer, l'incertitude de l'avenir", dit-elle. 

- "Plus d'humanité" -

A Athènes samedi, le souverain pontife a décrié "la communauté européenne, déchirée par les égoïsmes nationalistes, (qui) apparaît parfois bloquée et non coordonnée, au lieu d'être un moteur de solidarité". 

"J'espère que le pape portera notre voix dans le monde entier et en particulier auprès des pays européens qui doivent accueillir avec plus d'humanité les réfugiés", commente Christian.

Ses deux filles de 6 et 7 ans s'entraînent, avec d'autres enfants, à entonner, en lingala, une chanson dont le refrain signifie: "n'aies pas peur de nous, mon ami, parce que nous sommes des réfugiés".

Enice Kiaku, qui a déjà passé deux ans à Lesbos, espère que le pape pourra l'emmener avec lui. "Les conditions sont très difficiles dans le camp, je suis seule avec deux enfants", soupire la Congolaise, qui a "perdu espoir de voir" sa situation s'améliorer.

Lors de sa précédente visite en avril 2016, François était rentré au Vatican avec douze réfugiés syriens.

- "crise systémique" -

Les arrivées sur les îles grecques se sont taries au fil des années, passant de 173.450 personnes en 2016 à 3.653 en 2021, selon le Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR).

Le camp surpeuplé et insalubre de Moria, le plus grand d'Europe, a été ravagé par les flammes en septembre 2020 et remplacé par une structure construite à la hâte sur un ancien site de tir de l'armée grecque. 

En visitant ce camp, "le pape va trouver une situation différente de 2016", explique Clotilde Scolamiero, chef de mission pour l'ONG Intersos.  

"Nous ne sommes plus dans le même état d'urgence mais face à une crise systémique qui dure dans le temps et les réfugiés ont encore besoin d'aide, (...) enfermés dans des camps très surveillés", dit-elle. 

Son association ainsi que 35 autres ont envoyé une lettre au pape pour dénoncer la mise en place de camps "fermés et à accès contrôlé" comme sur les îles de Samos, Leros et Kos. Elles ont aussi exhorté le pape à intervenir pour que cessent les refoulements présumés d'exilés aux frontières gréco-turques.  

Clotilde Scolamiero a constaté "une dégradation de l'état de santé mentale des résidents du camp". Car "la majorité se voient refuser l'asile, et sont en dépression car ils sont littéralement bloqués sur l'île sans savoir ce que l'avenir leur réserve". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.