Urbi et orbi : l'appel du pape François pour la "paix"

Urbi et orbi : l'appel du pape François pour la "paix"
Le pape François, à Rome, le 25 décembre 2019
A lire aussi

, publié le mercredi 25 décembre 2019 à 14h49

Le pape François a appelé mercredi 25 décembre la communauté internationale à "garantir la sécurité au Moyen-Orient, tout particulièrement en Syrie".

Dans son traditionnel message "Urbi et Orbi", adressé le jour de Noël, le pape François a évoqué "les nombreux enfants qui subissent la guerre et les conflits au Moyen Orient et dans divers pays du monde". Souhaitant en particulier "le réconfort du bien-aimé peuple syrien qui ne voit pas encore la fin des hostilités qui ont déchiré le pays en cette décennie", le souverain pontife a voulu toucher "les consciences des hommes de bonne volonté". 


Appelant "les gouvernants et la communauté internationale à trouver des solutions qui garantissent la sécurité et la coexistence pacifique des peuples de la région", le pape a eu par ailleurs une pensée de "soutien pour le peuple libanais, afin qu'il puisse sortir de la crise actuelle et redécouvre sa vocation d'être un messager de liberté et d'harmonieuse coexistence pour tous". Par ailleurs, revenant sur les actuelles zones de conflits dans le monde, François n'a pas manqué de souligner que les habitants de Terre sainte "attendent des jours de paix, de sécurité", abordant au passage les "tensions sociales" en Irak et la "grave crise humanitaire au Yémen".

Il dénonce les "groupes extrémistes" en Afrique

Le pape, de son nom de naissance Jorge Bergoglio, s'est inquiété du sort du peuple vénézuélien, "éprouvé par des tensions politiques et économiques", pointant aussi du doigt un continent américain faisant face à "une période d'agitations sociales et politiques".
Enfin, notant que le continent africain souffre des "violences, calamités naturelles ou urgences sanitaires", il a tenu à exprimer son réconfort "à tous ceux qui sont persécutés à cause de leur foi religieuse, spécialement les missionnaires et les fidèles kidnappés". A ce propos, il a dénoncé les agissements "des groupes extrémistes sur le continent africain, surtout au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigeria", tout en évoquant l'instabilité de la République Démocratique du Congo, "meurtrie par des conflits persistants". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.