Une sénatrice américaine, ex-militaire, affirme avoir été violée à l'armée

Chargement en cours
La sénatrice républicaine Martha McSally le 28 août 2018 à Tempe (Arizona)
La sénatrice républicaine Martha McSally le 28 août 2018 à Tempe (Arizona)
1/3
© AFP, JUSTIN SULLIVAN, GETTY IMAGES NORTH AMERICA

AFP, publié le jeudi 07 mars 2019 à 00h57

Une sénatrice américaine, ex-militaire de carrière, a affirmé mercredi avoir été violée par un supérieur lorsqu'elle était dans l'armée, expliquant n'avoir pas dénoncé son agresseur car elle n'avait "pas confiance dans le système".

Martha McSally, une républicaine de l'Arizona, a livré un témoignage poignant au début d'une audition de la commission de la Défense du Sénat, qui entendait des victimes d'abus sexuels dans l'armée.

Ce combat est "profondément personnel", a affirmé l'élue de 52 ans, qui a passé 26 ans dans l'armée de l'Air.

Elle a été la première femme à avoir piloté un avion de chasse au combat, puis commandé un escadron de combat.

"Je suis aussi la rescapée d'une agression sexuelle dans l'armée, mais au contraire de tant de rescapées courageuses, je n'ai pas signalé avoir subi" cette agression, a-t-elle dit. "Je ne faisais pas confiance au système à l'époque. J'avais honte et j'étais désorientée".

Elle n'a pas révélé le nom de son agresseur, ni la date à laquelle les faits se seraient déroulés.

"J'ai été pourchassée et violée par un officier supérieur", a-t-elle continué, expliquant avoir décidé de parler de ce traumatisme seulement des années plus tard. 

A l'époque, les scandales d'abus sexuels s'accumulaient dans les forces armées, qui, selon la sénatrice, y apportaient "une réponse vraiment inadéquate".

Elle a été "horrifiée" par la façon dont l'armée a réagi à son témoignage, et a assuré avoir failli démissionner "par désespoir", après 18 ans passés sous l'uniforme.

"Comme d'autres victimes, je pensais que le système me violait une nouvelle fois", a expliqué Martha McSally, visiblement très émue.

Elle a finalement choisi de ne "pas abandonner" et de devenir "une voix pour les femmes" dans l'armée, puis en politique.

- "Rendre des comptes" -

Après avoir quitté l'armée avec le grade de colonel en 2010, Martha McSally a été élue à la Chambre des représentants, avant d'être nommée fin 2018 pour occuper le siège du sénateur John McCain, décédé quelques mois plus tôt.

Elle a souligné la responsabilité de la hiérarchie militaire, demandant un changement de culture dans l'institution.

A son entrée à l'école de l'armée de l'Air, en 1984, "les agressions et le harcèlement sexuel étaient courants et les victimes souffraient le plus souvent en silence", a-t-elle raconté.

Pendant sa carrière, elle a vu de nombreuses "faiblesses dans les processus de prévention des agressions sexuelles, d'enquête et de jugement".

"Nous avons fait beaucoup de chemin pour stopper (ces agressions), mais nous avons encore beaucoup de chemin à faire", a mis en garde la sénatrice. "Je ne veux pas que les officiers de commandement échappent à leurs responsabilités, il faut qu'ils rendent plus de comptes pour résoudre ce problème".

Selon un rapport publié par le Pentagone en mai 2018, le nombre d'agressions sexuelles signalées a augmenté de 10% entre octobre 2016 et septembre 2017. L'armée américaine compte 1,3 million de personnes en service actif.

Le sénateur républicain Lindsey Graham a salué sa collègue, qui a eu "le courage de raconter son histoire". "J'espère que cela en aidera d'autres", a-t-il écrit sur Twitter.

Une autre sénatrice républicaine et ancienne militaire, Joni Ernst, élue dans l'Iowa, avait également révélé en janvier qu'elle avait été violée alors qu'elle était à l'université.

Les révélations d'abus sexuels se sont multipliées depuis fin 2017 et l'éclatement de l'affaire Harvey Weinstein, le célèbre producteur hollywoodien accusé de multiples agressions.

Elles ont donné naissance aux mouvements #MeToo et Time's Up contre le harcèlement et les violences sexuelles dans le monde du spectacle, de la télévision et de la politique. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.