Une ex-actrice accuse Roman Polanski de viol

Une ex-actrice accuse Roman Polanski de viol©Panoramic

6Medias, publié le mardi 03 octobre 2017 à 19h25

Renate Langer accuse le cinéaste de viol alors qu'elle était âgée de 15 ans, rapporte le New York Times.

L'ex-actrice de 61 ans, célèbre en France pour son rôle dans « Police des mœurs » de Jean Rougeron, raconte qu'elle a été violée par roman Polanski dans une maison de Gstaad en Suisse en février 1972. A l'époque mannequin à Munich, elle avait été autorisée par ses parents à visiter la ville.

Roman Polanski l'aurait violée dans une chambre sans qu'elle ne puisse réagir, épris de honte et hagarde, selon le New York Times. Elle indique aussi qu'il l'aurait violée une seconde fois lors du tournage d'un film à Rome, un mois plus tard.

Selon le NY Times, la police de Saint Gall a confirmé qu'elle avait rencontré l'actrice allemande le 26 septembre, précisant également qu'elle avait confié l'affaire à un autre bureau pour déterminer si elle pouvait déposer une plainte au pénal.
Alors pourquoi une plainte en Suisse ? Selon Renate Langer, le pays est le plus à même d'investiguer ce genre de cas depuis qu'il a enlevé de ses statuts toute limitation en cas d'abus sexuel.


La quatrième femme

Renate Langer dit n'avoir jamais parlé par le passé pour des raisons familiales, en particulier pour protéger ses parents. "Ma mère aurait eu une attaque, dit-elle. J'avais honte et me sentais seule et perdue." Elle aurait raconté l'épisode à l'un de ses amis quelques années plus tard. Pour le moment, l'avocat du cinéaste a refusé de commenter l'affaire.

Renate Langer est en tout cas la quatrième femme à accuser Roman Polanski de tels actes. Il avait plaidé coupable en 1977 pour des relations non consenties sur Samantha Geiner alors qu'elle avait 13 ans. En 2010, l'actrice britannique Charlotte Lewis l'avait accusé d'abus sexuel alors qu'elle avait 16 ans, puis une autre femme en août dernier pour le motif d'agression sexuelle en 1973, à l'âge de 16 ans.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU