Une ancienne ingénieure d'Uber porte plainte pour harcèlement sexuel

Une ancienne ingénieure d'Uber porte plainte pour harcèlement sexuel
Logo d'Uber, le 8 mai 2018, à Los Angeles

AFP, publié le mardi 22 mai 2018 à 01h28

Une ancienne ingénieure d'Uber a porté plainte lundi contre l'entreprise pour discriminations et harcèlement sexuel, accusant notamment d'inertie le département des ressources humaines du service de réservation de voitures avec chauffeur.

C'est la première plainte contre Uber depuis l'annonce le 15 mai d'une nouvelle politique dite de "transparence" face aux discriminations et agressions sexuelles, après les scandales ayant terni l'image du groupe et conduit au départ de son patron et fondateur Travis Kalanick.

Uber a en effet renoncé à sa précédente politique interne qui forçait ses clients, employés ou chauffeurs qui auraient à formuler une plainte de harcèlement ou d'agression sexuelle à passer par une procédure de médiation, beaucoup plus discrète qu'une procédure judiciaire civile.

Dans sa plainte, déposée devant un tribunal de San Francisco (Californie, ouest), Ingrid Avendano, qui a travaillé chez Uber de 2014 à 2017, estime n'avoir ni été promue ni perçu d'augmentation salariale parce qu'elle a osé briser la loi du silence en dénonçant les discriminations et le harcèlement sexuel à l'encontre des femmes au sein de l'entreprise.

Elle affirme que l'environnement de travail était miné "de comportements dégradants, marginalisants, discriminatoires et de harcèlement sexuel envers les femmes. Cette culture était perpétuée et approuvée par plusieurs managers, dont des hauts dirigeants de l'entreprise", selon des extraits de la plainte, publiés par ses avocats.

Elle ajoute que quand elle a informé les ressources humaines du harcèlement sexuel dont elle était la victime de la part de collègues de sexe masculin, elle s'est heurtée à un refus de "prendre des mesures pour éviter" une répétition des comportements dénoncés.

Pis, son courage s'est retourné contre elle car elle s'est, avance-t-elle, par la suite vu refuser des promotions et des augmentations de salaires en dépit du fait que son travail était salué en interne. Elle s'est également vu assigner des horaires de travail difficiles, ce qui a fini par déteindre sur sa santé.

Lasse, Ingrid Avendano a dû démissionner, conclut-elle.

Contactée par l'AFP, une porte-parole d'Uber a indiqué que l'entreprise "allait dans une nouvelle direction" désormais.

"Lors de l'année écoulée nous avons mis en place une nouvelle structure salariale" fondée sur l'équité, a-t-elle déclaré, ajoutant que Uber s'est également engagé à publier désormais un rapport de transparence incluant des données sur la diversité et l'intégration et à former des milliers d'employés à travers le monde sur les questions de discriminations

Selon une source proche du dossier, Mme Avendano faisait partie d'un groupe d'employés étant parvenu cette année à un accord à l'amiable confidentiel prévoyant que Uber leur verse au total 10 millions de dollars pour éviter des poursuites judiciaires. Elle a décidé finalement de se retirer de cet accord ces derniers jours et de porter plainte individuellement.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.