Une adolescente palestinienne détenue par Israël maltraitée, accuse sa famille

Une adolescente palestinienne détenue par Israël maltraitée, accuse sa famille

Bassem Tamimi, le père de l'adolescente palestinienne détenue par Israël Ahed Tamimi, tient une conférence de presse à Ramallah en Cisjordanie occupée, après avoir montré une vidéo d'un interrogatoire de sa fille, le 9 ...

AFP, publié le lundi 09 avril 2018 à 16h22

La famille d'une adolescente palestinienne détenue pour avoir frappé deux soldats israéliens en Cisjordanie occupée a accusé lundi les interrogateurs israéliens, vidéo à l'appui, de l'avoir agressée verbalement et psychologiquement.

Ahed Tamimi avait attiré l'attention internationale avec la diffusion en décembre d'une vidéo la montrant frappant près de sa maison en Cisjordanie des soldats israéliens impassibles.

Elle a été arrêtée et condamnée à huit mois de prison par un tribunal militaire israélien aux termes d'un accord de "plaider coupable" conclu entre le procureur et la défense. Elle doit être libérée cet été.

S'appuyant sur une loi israélienne leur permettant d'avoir accès à une partie du dossier d'un mineur, les avocats de la jeune fille ont réussi à se procurer une vidéo de deux heures, où Ahed Tamimi âgée de 16 ans à l'époque, est interrogée sans la présence d'un avocat ou d'un membre de sa famille.

Elle refuse à plusieurs reprises de donner son nom et de répondre aux questions des deux interrogateurs.

"Les séances d'interrogatoires ont eu lieu après différents types de pressions physiques et psychologiques", a accusé son père, Bassem Tamimi, lors d'une conférence de presse à Ramallah. 

Selon lui, sa fille a été maintenue en isolement et changée de cellule régulièrement.

"Elle a été privée de sommeil pour une longue période et subi son dernier interrogatoire alors qu'elle n'avait pas dormi depuis 34 heures", a ajouté M. Tamimi.

Les avocats de la jeune fille ont affirmé avoir rendu publique cette vidéo pour montrer comment se passe les interrogatoires de mineurs dans les prisons israéliennes.

"Il s'agit de réaffirmer le message d'Ahed, le message de sa génération selon lequel nous ne sommes pas des victimes, nous sommes de combattants pour la cause (palestinienne), pour la liberté", a affirmé le père.

L'armée israélienne a indiqué récemment avoir reçu par l'intermédiaire du ministère de la Justice une plainte déposée par un avocat d'Ahed Tamimi sur des "allégations concernant la conduite inappropriée d'un officier" israélien.

"Ces plaintes sont examinées avec soin", a assuré l'armée.

L'affaire Tamimi a trouvé un large écho chez les Palestiniens comme les Israéliens. Les premiers louent en Ahed Tamimi un exemple de courage face aux abus israéliens dans les territoires palestiniens occupés par l'Etat hébreu.

Nombre d'Israéliens ont ressenti une vive amertume devant ce qui a été fortement perçu comme une humiliation pour leurs soldats qui n'ont pas répliqué.

Le bureau du Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme et l'Union européenne ont exprimé leur préoccupation devant le cas Tamimi.

Environ 350 enfants palestiniens sont détenus par Israël, selon Amnesty International.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.