Un massacre à la tronçonneuse affole la police britannique

Un massacre à la tronçonneuse affole la police britannique©Panoramic

publié le samedi 10 avril 2021 à 12h30

Un mystérieux bûcheron sévit au sud de Londres. En dix jours, plus de trente...

arbres sains ont été abattus le long de la Tamise. Les policiers anglais mènent l'enquête.

Un étonnant tueur en série sévit depuis le 28 mars dans le comté de Surrey, au sud de Londres. Plus de 30 arbres sains ont été sauvagement abattus le long de la Tamise en dix jours. La police enquête pour savoir qui se cache derrière l'affaire baptisée "massacre à la tronçonneuse", rapporte The Guardian. Un bûcheron devenu fou, un fan de caber, cette épreuve qui consiste à lancer des troncs le plus loin possible, en manque de compétition, ou bien un fan du jeu vidéo Fortnite qui effectue une tâche d'abattage d'arbres ? Et pourquoi ?



 Pour le moment, les enquêteurs disposent de peu d'indices si ce n'est que le ou les auteurs opèrent de nuit et sont susceptibles de se déplacer à bord d'une petite automobile rouge. Des patrouilles de police supplémentaires ont été déployées dans les zones ciblées par le ou les coupeurs fous. De même, des particuliers, bien décidés à stopper ce bain de sève, veillent à leurs côtés.

 Des arbres plantés à la mémoire de défunts

Ainsi, des membres de l'Elmbridge Canoe Club de Weybridge, où cinq arbres ont été abattus dans la nuit du mardi 30 au mercredi 31 mars, ont scruté les images de vidéosurveillance de l'association, dans l'espoir d'apercevoir le suspect. En vain. Un groupe Facebook nommé Elmbridge Tree Patrol a même été créé, pour signaler les abattages. Il totalise déjà plus de 500 membres.

 Il faut dire que certains des arbres ont été plantés en mémoire de défunts. Au-delà de l'aspect affectif, ces abattages font courir des risques aux automobilistes, voire aux cyclistes. De lourdes branches ont été retrouvées sur les routes et sur le chemin de halage. Les joggeurs, eux, sont bons pour les enjamber. "Nous cherchons par tous les moyens à identifier les responsables de ces actes", a assuré l'inspecteur Bert Dean au Guardian. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.