Un maire interdit d'entrer en Israël

Un maire interdit d'entrer en Israël©Panoramic

6Médias, publié le mardi 17 avril 2018 à 08h05

Patrice Leclerc, maire communiste de Gennevilliers s'est vu refuser l'accès au territoire israélien comme le raconte Le Monde.

Son engagement lui a valu d'être refoulé de la frontière israélienne lundi 16 avril. Patrice Leclerc, maire de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), a été interdit d'entrer en Israël.

En cause, son soutien au boycott du pays comme l'explique Le Monde.

L'annonce de cette décision a été confirmée par les ministères de l'Intérieur et des Affaires Stratégiques. "Dans la mesure où il s'agit de quelqu'un qui soutient le BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël) il a été décidé de ne pas l'autoriser à se rendre en Israël", a précisé un communiqué des deux ministères. "Nous ne permettons pas à ceux qui agissent contre Israël d'entrer dans le pays pour s'y livrer à des provocations", a affirmé le ministre de l'Intérieur Arieh Deri.

Dans un communiqué publié dans la nuit du lundi 16 au mardi 17 avril, et relayé par Le Monde, l'édile communiste a également confirmé cette information. Il rapporte que "les raisons invoquées" pour justifier ce refus "sont la connaissance de Palestiniens, le soutien aux prisonniers politiques." Avant de poursuivre : "Cette situation marque un raidissement de la position de l'État d'Israël à l'égard de celles et ceux qui agissent pour le droit des Palestiniens à disposer d'un État libre et indépendant. Cette situation d'arbitraire est intolérable".

Selon le maire de Gennevilliers, "la France, et particulièrement le président Macron, doivent refuser cette humiliation constante à l'égard de citoyens français interdits d'entrer en Palestine. Devant le refus d'Israël de respecter les différentes résolutions de l'ONU, la France doit reconnaître officiellement l'État de Palestine".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.