Un Irakien soupçonné du meurtre d'une adolescente livré à l'Allemagne

Chargement en cours
Ali Bashar, jeune réfugié irakien soupçonné de meurtre en Allemagne, est escorté par la police à son arrivée à Wiesbaden en provenance d'Irak, le 9 juin 2018
Ali Bashar, jeune réfugié irakien soupçonné de meurtre en Allemagne, est escorté par la police à son arrivée à Wiesbaden en provenance d'Irak, le 9 juin 2018
1/2
© AFP, Boris Roessler, dpa

AFP, publié le samedi 09 juin 2018 à 23h07

Un jeune Irakien soupçonné du meurtre d'une adolescente en Allemagne, un fait divers qui a bouleversé tout le pays, pourra finalement y être jugé après avoir été rapidement livré samedi par Bagdad.

Arrêté tôt la veille par les forces de l'ordre kurdes dans le nord de l'Irak où il s'était enfui, Ali Bashar, 20 ans, est arrivé peu avant 19H00 GMT à Francfort à bord d'un avion de la compagnie allemande Lufthansa parti dans l'après-midi d'Erbil.

Il a ensuite été transféré en hélicoptère à la préfecture de police de Wiesbaden, à une trentaine de kilomètres de là, pour y être auditionné, avant d'être présenté dimanche à un juge d'application des peines avec à la clé une probable détention préventive, a déclaré la police dans un communiqué.

Ce retour en Allemagne "n'est qu'une petite consolation pour la famille de la fille, vers laquelle vont mes pensées en ces heures difficiles. Mais pour l'Etat et notre société, il est important que les crimes soient élucidés et que les suspects soient traduits en justice", a estimé le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer dans un communiqué.

D'après le quotidien Bild, le chef de la police fédérale allemande, Dieter Romann, qui entretient de bonnes relations avec les autorités irakiennes, s'était personnellement rendu à Erbil pour faciliter les tractations et ramener promptement Ali Bashar.

Ce dernier, arrêté à deux heures du matin vendredi dans un hôtel de Zakho, une ville de la province de Dohouk, a rapidement avoué son crime.

"Quand nous l'avons interrogé, le jeune homme originaire du Kurdistan a avoué avoir tué la jeune Allemande" en l'étranglant, avait déclaré samedi matin à l'AFP Tariq Ahmad, le chef de la police de Dohouk, dans le nord-ouest de l'Irak.

- Alcoolisé ? -

Arrivé en Allemagne en octobre 2015 au "pic" de la crise des réfugiés, Ali Bashar est soupçonné d'avoir violé et étranglé entre les 22 et 23 mai Susanna Feldman, une jeune fille de 14 ans, à Wiesbaden. 

L'Irakien "a affirmé que tous les deux étaient amis mais qu'ils avaient eu un différend, et qu'il l'avait tuée lorsque la jeune fille l'avait menacé d'appeler la police", selon le général Ahmad.

La mère d'Ali Bashar, interviewée par la radio Deutsche Welle, a prétendu qu'il était sous l'emprise de l'alcool au moment des faits, au point de ne pas se rappeler de ses agissements le lendemain.

Le jeune homme, dont la demande d'asile avait été rejetée en décembre 2016, avait quitté l'Allemagne le 2 juin avec toute sa famille alors qu'il n'était pas encore soupçonné et que le corps n'avait pas été découvert. 

Les circonstances de son départ ont soulevé des questions en Allemagne sur l'efficacité de la police. Connu des forces de l'ordre, il avait fui avec ses parents et cinq frères et soeurs avec des laissez-passer émis par les autorités consulaires irakiennes. Or sur ces papiers en arabe, les noms étaient différents de ceux figurant sur les billets d'avion, avaient admis les autorités.

- Marches blanches -

Samedi, plusieurs marches blanches ont eu lieu à travers l'Allemagne, notamment à Mayence, une ville voisine de Wiesbaden, où résidait l'adolescente. D'autres sont encore prévues pour dimanche.

En marge du sommet du G7 au Canada, la chancelière Angela Merkel a condamné un "meurtre abominable" qui devait être "puni" à la hauteur de sa gravité si les faits étaient avérés.

"Le chagrin incroyable qui a frappé la famille affecte tout le monde et me touche aussi", a-t-elle ajouté, louant la coopération avec les forces de l'ordre kurdes.

Plusieurs faits divers impliquant des étrangers ont fait débat autour du manque de préparation de l'Allemagne pour contrôler et gérer l'accueil d'un tel nombre d'immigrés. 

Et, après s'être ouvert à plus d'un million de réfugiés en 2015 et 2016 sur décision de Mme Merkel, ce pays, sous la pression de l'extrême droite, a depuis mis un sérieux tour de vis à sa politique d'accueil des demandeurs d'asile.

Des voix, même parmi les proches de la chancelière, appellent désormais à "modifier la loi sur l'asile".

"Il n'est pas normal qu'un demandeur d'asile débouté puisse prolonger son droit de séjour de plus d'un an en déposant un recours", a accusé un porte-parole de la CDU, Mathias Middelberg, à un journal local.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU