Un caudillo rouge au Venezuela

Libération, publié le mardi 22 mai 2018 à 19h16

Pour juger des politiques économiques de la gauche radicale, il faut toujours revenir à ce proverbe des anciens pays de l'Est : «Les communistes prennent le pouvoir au Sahara ; au bout d'un an il ne se passe rien ; au bout de deux ans, pénurie de sable.» Ainsi du Venezuela. La gauche radicale prend le pouvoir dans le pays qui possède les plus grandes réserves mondiales de l'hydrocarbure. Au bout de quinze ans, pénurie de pétrole.

Cette fois-ci, ce n'est pas une blague : l'essence manque au Venezuela et il y a aussi pénurie de médicaments, d'hôpitaux, de nourriture, d'argent et pour couronner le tout, pénurie de liberté, comme le montre l'élection présidentielle Potemkine qui vient de confirmer Maduro à la présidence. Des centaines de milliers de personnes, souvent

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.