Un Américain s'écrase en fusée en voulant vérifier que la Terre est plate

Un Américain s'écrase en fusée en voulant vérifier que la Terre est plate©Panoramic
A lire aussi

, publié le dimanche 23 février 2020 à 18h00

Un sexagénaire a trouvé la mort dans un accident de fusée, relaye LCI. Il l'avait construite dans le but de prouver que la Terre n'est pas ronde.

Mike Hughes, un américain de 64 ans, faisait partie des platistes : ceux qui pensent que la terre est plate.

Pour prouver sa théorie, il avait construit, avec l'aide d'un ami, une fusée artisanale dont le lancement, samedi 22 février, a viré au drame. Son engin s'est écrasé tout près d'une autoroute traversant le désert californien, peu de temps après le décollage, précise LCI. L'ingénieur autodidacte n'a pas survécu au choc.


Informé de la tentative du sexagénaire de se rapprocher le plus possible de l'altitude de 1 500 m, la limite entre l'atmosphère terrestre et l'espace dite ligne de Karman, la chaîne de télévision Science Channel avait envoyé une équipe pour raconter le voyage de l'ancien chauffeur de limousine dans le cadre de son émission « Homemade Astronauts » (Astronautes maison). Il faut dire que le défunt n'était pas un inconnu. Surnommé « Mad Mike » (Mike le fou), il s'était ouvert les pages du Guinness World Records en 2020 en faisant faire un bond de 31,39 mètres à une limousine.


En 2018, il avait atteint 570 d'altitude

Témoin de la scène, le journaliste Justin Chapman a raconté que dès le décollage, les parachutes se sont ouverts et se sont arrachés. Selon lui la fusée aurait peut-être frotté la rampe de lancement.

Vers 14 heures, soit une heure après l'accident, le bureau du shérif de San Bernardino a informé «qu'un homme a été déclaré mort après que la fusée s'est écrasée dans le désert ». En 2018, Mike Hughes avait atteint une altitude de 570 mètres dans le désert de Mojave, se blessant légèrement au dos dans l'atterrissage. Quatre ans plus tôt, il avait frôlé la mort lors de l'explosion d'une fusée.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.