Ukraine : la moitié des habitants de Kiev toujours privés d'électricité

Chargement en cours
Des Ukrainiens se reposent dans un café affecté par une coupure de courant le 24 novembre 2022 à Lviv
Des Ukrainiens se reposent dans un café affecté par une coupure de courant le 24 novembre 2022 à Lviv
1/3
© AFP, YURIY DYACHYSHYN

publié le vendredi 25 novembre 2022 à 16h13

Malgré les efforts déployés par les ingénieurs ukrainiens, près de la moitié des habitants de Kiev étaient toujours privés d'électricité vendredi sous des températures hivernales, deux jours après des frappes russes ayant une nouvelle fois visé des infrastructures essentielles.

Cette stratégie de Moscou consistant à bombarder les installations énergétiques, suivie depuis octobre sur fond de revers militaires, est constitutive de "crimes de guerre" pour les alliés occidentaux de l'Ukraine et qualifiée de "crime contre l'humanité" par le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Nous devons endurer cet hiver -un hiver dont tout le monde se souviendra", a-t-il souligné sur Facebook vendredi.

De son côté, le gouverneur de la région méridionale de Kherson, Iaroslav Ianouchevitch, a annoncé l'évacuation de tous les patients des hôpitaux de la ville du même nom, d'où les troupes de Moscou se sont retirées il y a deux semaines, en raison de "bombardements russes constants".

- "Nous vivons comme ça maintenant" -

Après les frappes massives de mercredi en Ukraine, les ingénieurs continuaient à réparer les dégâts, tandis que des millions de personnes ont passé la journée de jeudi sans courant, notamment dans la capitale.

"Un tiers des logements de Kiev ont déjà du chauffage, les spécialistes continuent de le rétablir. La moitié des usagers sont toujours privés d'électricité", a dit son maire, Vitali Klitschko.

"Au cours de la journée, les compagnies d'énergie prévoient de raccorder l'électricité pour tous les usagers en alternance", a-t-il assuré, à un moment où les températures avoisinaient zéro degré et où la pluie était de la partie.

Dans son appartement, où le gaz pour la cuisine et le chauffage ont été débranchés, Albina Bilogoub a expliqué que ses enfants dormaient désormais tous dans une seule pièce pour se tenir chaud.

"C'est notre vie. Un pull, puis un deuxième, un troisième. Nous vivons comme ça maintenant", a-t-elle dit.

Le président du conseil d'administration de la compagnie nationale d'électricité Ukrenergo, Volodymyr Koudrytsky, a estimé que le système énergétique ukrainien avait désormais "passé la phase la plus difficile" après l'attaque.

L'électricité est partiellement rétablie dans les régions ukrainiennes et "le système énergétique est à nouveau connecté au système énergétique de l'Union européenne", a-t-il dit.

"Après les bombardements russes, le système énergétique a été mis en pièces, mais il a été restauré en 24 heures", s'est félicité un conseiller de la présidence, Mykhaïlo Podoliak.

"Oui, c'est une situation difficile et oui, cela peut se reproduire. Mais l'Ukraine peut y faire face", a-t-il ajouté à la télévision.

Face à ces bombardements massifs russes, l'Ukraine a reçu de la part des Occidentaux des systèmes de défense antiaérienne, mais il lui en faudrait davantage pour neutraliser les missiles et les drones de Moscou.

- Files de voitures -

En visite en Ukraine vendredi, le ministre britannique des Affaires étrangères James Cleverly a annoncé de nouvelles aides aux Ukrainiens, en particulier l'envoi d'ambulances et un "soutien" aux "survivantes des violences sexuelles perpétrées par l'armée russe".

"Le Royaume-Uni est aux côtés de l'Ukraine", a souligné M. Cleverly, dont la visite intervient moins d'une semaine après celle du Premier ministre Rishi Sunak, au cours de laquelle il avait déjà promis une aide militaire de près de 60 millions d'euros.

Vendredi, des journalistes de l'AFP ont vu des files de voitures attendant de pouvoir s'approvisionner devant plusieurs stations-service de Kiev et le fonctionnement des réseaux de téléphonie mobile était toujours perturbé dans certains quartiers.

La Russie affirme de son côté ne viser que des infrastructures militaires et mis les coupures de courant sur le dos de la défense antiaérienne ukrainienne. Le Kremlin a assuré que l'Ukraine pouvait mettre fin aux souffrances de sa population en acceptant les exigences russes.

Le président russe Vladimir Poutine a rencontré vendredi pour la première fois des mères de soldats, disant partager leur "douleur" et les appelant à ne pas croire les "mensonges" sur l'offensive déclenchée par le Kremlin en Ukraine.

Sur le front, les combats se poursuivaient dans plusieurs zones. Un bombardement russe jeudi soir sur Kherson a fait 11 morts et près de 50 blessés, selon la présidence ukrainienne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.