Ukraine: échange massif de prisonniers entre Kiev et les séparatistes

Chargement en cours
 Echange de prisonniers entre Kiev et les séparatistes prorusses, le 27 décembre 2017 près de la ville ukrainienne de Gorlivka

Echange de prisonniers entre Kiev et les séparatistes prorusses, le 27 décembre 2017 près de la ville ukrainienne de Gorlivka

1/2
© AFP, Aleksey FILIPPOV
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 28 décembre 2017 à 06h43

Des centaines d'Ukrainiens ont accueilli dans la nuit de mercredi à jeudi à l'aéroport de Kiev plusieurs dizaines de militaires et civils libérés de captivité, lors d'un échange massif de prisonniers avec des rebelles prorusses. 

Les autorités d'Ukraine et les séparatistes prorusses, qui contrôlent une partie de l'est du pays, avaient échangé plus tôt dans la journée plus de 300 prisonniers, dans une des plus importantes opérations de ce type en près de quatre ans de guerre.

Cet échange, juste avant le Nouvel An et le Noël orthodoxe le 7 janvier, constitue un rare progrès dans l'application des accords de paix de février 2015, qui ont permis une baisse d'intensité des combats, mais sans parvenir à un règlement politique du conflit qui a fait plus de 10.000 morts.

Brandissant des drapeaux ukrainiens et des bouquets de fleurs sur le tarmac, la foule a acclamé avec des applaudissements et aux cris de "Gloire à l'Ukraine! Gloire aux héros!" les prisonniers descendus de l'avion qui les a amenés à Kiev, selon des images retransmises en direct par plusieurs médias ukrainiens.

Leurs proches se sont ensuite jetés vers leurs biens-aimés, dont certains ont passé plus de trois ans en captivité. 

"Salut, ma douce, tu vois, Papa est de retour", a dit au téléphone à sa fille un soldat ukrainien qui a passé 21 mois emprisonné par des séparatistes, tandis que son épouse le serrait dans ses bras en sanglotant.

Fruit de difficiles négociations impliquant le président russe Vladimir Poutine depuis plusieurs semaines, cette opération a concerné 73 prisonniers détenus dans les deux "républiques" autoproclamées par les rebelles et 233 détenus par les autorités de Kiev.

Auparavant, le président ukrainien Petro Porochenko, accompagné de l'ambassadeur de France en Ukraine, Isabelle Dumont, et d'un diplomate allemand, avait accueilli près de la ligne de front ces Ukrainiens sortis de captivité, avant de s'envoler avec eux à bord d'hélicoptères à Kharkiv, le grand centre régional sous contrôle de Kiev dans l'Est. 

"Mes chers, nous y sommes enfin parvenus", a déclaré le chef de l'Etat, vêtu en tenu camouflage, à l'aéroport de Kharkiv entouré de prisonniers fraichement libérés, dont certains ont déjà mis l'uniforme militaire et un drapeau ukrainien sur les épaules.

Ce premier échange de prisonniers depuis 15 mois entre les belligérants --et deuxième plus important depuis l'éclatement du conflit en 2014-- s'est déroulé près de Gorlivka, à une quarantaine de kilomètres au nord-est de la "capitale" séparatiste de Donetsk. Il a duré plusieurs heures. 

 - 'Nous sommes revenus' -

Plusieurs les prisonniers se trouvait Igor Kozlovski, un historien reconnu dont l'arrestation par les séparatistes il y a deux ans avait provoqué de l'émoi en Ukraine. "J'ai été arrêté pour ma position pro-ukrainienne", a déclaré à l'AFP cet homme de 63 ans, l'air fatigué, en attendant d'être remis aux autorités ukrainiennes.

"Nous sommes revenus", a-t-il ensuite déclaré avec émotion à l'aéroport de Kharkiv à côté du président Porochenko et devant des dizaines de soldats montant la garde d'honneur. 

"Nous avons vécu des souffrances, des tortures et des maladies (...) mais nous avons constamment senti l'amour du peuple ukrainien", a poursuivi M. Kozlovski, drapeau ukrainien bleu et jaune autour des épaules. 

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron dont les pays sont coparrains du processus de paix en Ukraine, ont salué l'échange dans un communiqué commun tout en appelant à poursuivre ce processus "pour les prisonniers restants" dont le nombre varie selon des sources. 

La libération des prisonniers constitue un point clé des accords de paix de Minsk signés en février 2015 avec la médiation franco-allemande. Ces accords ont permis une baisse d'intensité des combats, mais leur volet politique est resté lettre morte.

L'opération de mercredi constitue une première étape dans un échange global de tous les prisonniers détenus par les deux camps.

Lors de la deuxième étape, dont la date n'a pas encore été annoncée, 29 prisonniers détenus par les séparatistes pourraient être échangés contre 74 personnes détenues par Kiev, a déclaré mercredi Viktor Medvedtchouk, un représentant de Kiev dans ces négociations qui est considéré comme proche de Vladimir Poutine. 

Un communiqué du Parlement ukrainien publié mercredi fait état cependant d'une centaine de prisonniers détenus par les séparatistes. 

Le conflit dans l'est de l'Ukraine oppose les forces gouvernementales à des séparatistes prorusses soutenus, selon Kiev et les Occidentaux, par la Russie qui dément. Il a contribué aux pires tensions entre la Russie et les Occidentaux depuis la Guerre froide.

 
15 commentaires - Ukraine: échange massif de prisonniers entre Kiev et les séparatistes
  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    bien mais doit mieux faire. si les fachos de Kiev veulent rétablir réellement la normalité de la situation ils leur restent maintenant à modifier la constitution (comme c'est spécifié dans l'accord de Minsk) pour la Fédéralisation de l'Ukraine. là et seulement là il pourra y avoir une solution politique./

    Bien mais peut mieux faire. Si les cocos pro soviets n'étaient pas aidés et armés par la soviétie, hein...

    avatar
    humaminor  (privé) -

    Sacrifier des vies c'est rapide, réparer les dégâts c'est très long. Une pensée pour Alpha, il faut être sacrément endoctriné pour voir en Poutine un coco.

    avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    humaninor
    faut excuser bétagamma. il sort d'une grotte comme hibernatus et personne ne lui a encore dit que l'URSS n'existe plus depuis plus de 25 ans.

  • avatar
    humaminor  (privé) -

    Porochenko est le dernier président européen a avoir fait tuer autant de dissidents politiques dans son pays. Les dirigeants Européens soutenaient tellement pour Porochenko qu'ils n'ont rien constatés de répréhensibles. Maintenant, quoi qu'en disent nos médias Kiev n'a plus aucun pouvoir sur la population de l'est Ukrainiens et pour longtemps, c'est à la population de cette région de choisir son avenir et a eux seuls.

  • Il va falloir faire preuve de diplomatie, façon Talleyrand, faire des concessions... Une partie de la Crimée doit rester russe, elle a une base navale là-bas, des habitants russophiles ou russes... Évitons "un nouveau Sudète"... Trop dangereux pour tout le monde... Évitons une confrontation directe avec nos amis russes...

  • Poutine est la cause de ce foutoir en Ukraine en annexant illégalement la Crimée et en créant avec son armée et une minorité de russophones une pseudo république de l'est .
    Les rétorsions économiques occidentales font souffrir son économie et la livraison d'armes défensives américaines vont obliger Poutine à dépenser comme au temps de l'URSS .

    avatar
    defendrelesretraites  (privé) -

    Qui a annexé illégalement le kosovo ? La russie a les plus grosses réserves de matière première du monde et vous le faites rigoler poutine !

  • Décomptes et commentaires en tous genres avec un petit oubli: 73 des pseudo indépendantistes préfèrent rester en Ukraine plutôt que de retourner dans l'est Ukraine...
    ça en dit long sur la cote de popularité des bandes mafieuses du Donbass.

    avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    ça c'est que que prétendent les fachos de kiev. en réalité ils sont séquestrés par les néo-nazis kiéviens.

    Steppenwolf, vous indiquez: ''ça c'est que que prétendent les fachos de kiev. en réalité ils sont séquestrés par les néo-nazis kiéviens'.
    C'est une information de votre imagination ou de RT?

    74 qui ont souhaité rester en ukraine selon le premier article paru hier à ce sujet ciel une info.

    stopauxc, il me semble qu'avant de commenter, il faut lire attentivement les articles et les commentaires.
    74 c'est le nombre de prisonniers qui pourraient être échangés lors d'un prochain deal.
    73 c'est le nombre de prisonniers qui n'ont pas souhaités retourner dans le Donbass.
    ''ça c'est que que prétendent les fachos de kiev. en réalité ils sont séquestrés par les néo-nazis kiéviens' c'est l’affirmation d'un pro Poutine.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]