Trump lie réforme de l'immigration et menaces pesant sur la sécurité

Trump lie réforme de l'immigration et menaces pesant sur la sécurité

Donald Trump lors d'une rencontre avec le président kazakh Nursultan Nazarbayev (hors champ), à la Maison Blanche, le 16 janvier 2018

AFP, publié le mercredi 17 janvier 2018 à 09h27

Donald Trump a affirmé mardi que l'actuel système d'immigration affaiblit la sécurité des Etats-Unis, alimentant un débat déjà tendu le jour même où son administration a décidé de porter devant la Cour suprême l'avenir des "Dreamers", ces centaines de milliers de clandestins arrivés mineurs aux Etats-Unis. 

En pleine tempête après des propos injurieux qu'il dément sur l'immigration en provenance de certains pays, le président américain a tenté de recentrer le débat sur les questions de sécurité. Selon un nouveau rapport élaboré par les ministères américains de la Justice et de la Sécurité intérieure, près des trois quart des 549 individus condamnés dans des affaire liées au terrorisme international depuis le 11-Septembre étaient nés à l'étranger, 148 ayant été naturalisés américains après leur arrivée sur le territoire. 

Le même rapport affirme que des centaines d'individus "présentant un risque pour la sécurité" ont été bloqués avant leur arrivée aux Etats-Unis alors qu'ils tentaient d'entrer légalement ou illégalement. 

Tweetant un lien vers ce dossier mardi soir, Donald Trump a de nouveau critiqué le système de loterie pour l'attribution de cartes vertes qui donnent droit de s'installer aux Etats-Unis et le regroupement familial, soulignant avoir soumis au Congrès des réformes en faveur d'un système "fondé sur le mérite".

Affirmant que ces statistiques ne reflétaient que "la pointe de l'iceberg", son ministre de la Justice, Jeff Sessions, a indiqué qu'il y a "en ce moment des enquêtes de contre-terrorisme contre des milliers de personnes aux Etats-Unis, dont des centaines qui sont venues ici en tant que réfugiés". 

Donald Trump avait dénoncé la semaine dernière un "système judiciaire injuste" après la décision d'un juge de Californie de bloquer temporairement l'abrogation du programme dit "Daca" permettant aux "Dreamers" de travailler et étudier aux Etats-Unis, introduit sous Barack Obama. 

Mardi, son ministère de la Justice a annoncé qu'il ferait appel directement devant la Cour suprême de la décision de ce juge de San Francisco, William Alsup, plutôt que devant une cour d'appel de Californie afin de gagner du temps. Mais pour les critiques de l'administration Trump, cette décision vise surtout à porter le dossier devant des juges plus enclins à trancher en sa faveur. 

"L'annonce d'aujourd'hui est la dernière dans une série inquiétante d'actions hostiles visant les jeunes immigrés à travers les Etats-Unis", a réagi Lorella Praeli, responsable des politiques migratoires pour la puissante organisation de défense des droits Aclu. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
5 commentaires - Trump lie réforme de l'immigration et menaces pesant sur la sécurité
  • faudra quand même qu'on lui explique un jour que 98% des meurtres dans son pays sont faits par des gens du cru.

    pour commettre un meurtre, il faut être dans le pays, mais pas forcément du cru qui signifie Habitants du coin, personnes locales, une simple erreur de compréhension de votre part

    comme les camions et les autos qui n ont pas les mêmes reprises donc se rejoindront automatiquement si l auto ne ralenti pas : niveau maternel ou primaire (sortie de village par exemple, virage, cotes et la liste est longue)

    un semi dans une cote et une auto, si l auto ne ralenti pas.... question ...

  • il n'y a que les benêts de chez nous pour croire que la migration non maitrisée est positive.

  • Un Président qui dit tout haut ce que le peuple pense tout bas ! Incroyable, quand on pense à la langue de bois qui a cours chez nous ! Podhivana

    "Le peuple" peut avoir tord ou se tromper, surtout manipulé par des populistes, nationalistes inconscients.
    Le peuple a élu Hitler tout à fait démocratiquement dans les années 30.
    Avait-il raison ?
    Le peuple a conduit Pétain et Laval au pouvoir et applaudi la condamnation à mort du Général de Gaulle, taxé de terroriste et de traitre.
    Avait-il raison ?
    Ceci dit ce n'est qu'une partie du peuple qui pense comme cela en France, qui a élu Macron à 66%

    pour de gaulle oui ..... il avait raison

  • Il est pas raciste, il est en bonne santé, mentalement c'est un géni, il est incompris de certains américains et notamment des juges, bref il a tout bon, du moins c'est lui qui le dit, bon maintenant, les bons résultats économiques depuis le début de son mandat sont quand même un peu grâce à l'administration de son prédécesseurs, c'est comme en France, il semble y avoir un début de reprise économique, c'est pas du fait de Macron, trop tôt, mais de Hollande, même si cela déplais à certains

  • Mr. Trump a tout à fait raison, même si ça dérange les "politiquement bien-pensants"....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]