Trump face à des alliés très remontés au Canada

Trump face à des alliés très remontés au Canada
Face aux accusations de guerre commerciale, Donald Trump a rappelé que les Etats-Unis étaient « imposés massivement » par des taxes douanières.

leparisien.fr, publié le vendredi 08 juin 2018 à 15h32

Le sommet du G7 s'annonce tendu sur fond de guerre commerciale entre les Etats-Unis et les autres pays les plus riches de la planète.

« Hâte de les voir demain » a lancé ironiquement Donald Trump sur Twitter dans la nuit, à l'attention d'Emmanuel Macron et Justin Trudeau.

Sauf que les retrouvailles, ce vendredi à partir de 13 h 45 (heure française) avec les autres dirigeants du G7 à La Malbaie, une pittoresque petite ville québécoise au bord du Saint Laurent, devraient être plutôt tendues pendant deux jours.

L'atmosphère s'est envenimée avant même le début du sommet. La première charge contre la décision du président des Etats-Unis a été lancée de concert par le président français et le Premier ministre canadien.

Justin Trudeau n'a pas apprécié que Washington invoque la « sécurité nationale » pour frapper l'acier et l'aluminium canadiens et l'a fait savoir. « J'ai été poli, j'ai été respectueux, mais on a aussi été toujours très, très ferme sur les intérêts de notre pays, de nos citoyens et sur nos valeurs », a-t-il déclaré en jugeant « risible » cet argument.

Même tonalité chez Emmanuel Macron qui a multiplié les tweets contre « la loi du plus fort » et toute « hégémonie ».

Les deux dirigeants ont souligné leur volonté « d'appuyer un multilatéralisme fort, responsable, transparent pour faire face aux défis mondiaux », dans une déclaration conjointe.

Dans ces conditions, pas question pour les Six de « renoncer à tout » pour avoir la signature des Etats-Unis dans le communiqué final du G7.

Donald Trump n'a pas tardé à répliquer

Droit dans ses bottes, Donald Trump a répliqué avec des tweets lapidaires dès jeudi soir. « Merci de dire au Premier ministre Trudeau et au président Macron qu'ils imposent aux Etats-Unis des taxes massives et créent des barrières non-tarifaires », a-t-il écrit.

A l'adresse de Justin Trudeau, il lui a rappelé les « près de 300 % » de taxes imposés par le Canada sur le lait. Et de prévenir : « Levez vos taxes et barrières ou nous allons faire mieux que vous ! ».

Si Emmanuel Macron espère encore convaincre Donald Trump que « la guerre commerciale n'est bonne pour personne », reste à savoir si les « Six » vont pouvoir maintenir un front commun face à Donald Trump. Ce dernier a appelé vendredi ses homologues à envisager la réintégration de la Russie dans cette instance.

De son côté, le Japon pourrait de se retrouver dans une position inconfortable en cherchant à ne pas être marginalisé dans les négociations entre Washington et la Corée du Nord lors du sommet de Singapour le 12 juin.

Même l'Allemagne pourrait chercher à éviter une guerre commerciale d'importance. Le pays est exportateur et reste le plus exposé aux représailles commerciales.

Pour l'heure, l'Union européenne a juste déposé une plainte contre les Etats-Unis devant l'Organisation mondiale du commerce et préparé des droits de douane contre des produits américains comme le bourbon, le beurre de cacahuète ou les motos. Mais ces représailles ne sont pas encore entrées en vigueur.

Pendant deux jours, les sept dirigeants vont multiplier les rencontres, les séances de groupe... Puis, les sept dirigeants vont se retrouver, vendredi soir, dans l'intimité d'un chalet québécois typique avec un menu soigneusement composé de mets locaux. Reste à voir si la mousse de caribou et les vins canadiens apaiseront les esprits...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.