Trump désigne Pyongyang comme soutien du terrorisme, Pékin appelle au dialogue

Chargement en cours
 Le président américain Donald Trump et le dictateur nord-coréen Kim Jong-Un sur un montage réalisé le 1er octobre 2017

Le président américain Donald Trump et le dictateur nord-coréen Kim Jong-Un sur un montage réalisé le 1er octobre 2017

1/2
© AFP, MANDEL NGAN, ED JONES
A lire aussi

AFP, publié le mardi 21 novembre 2017 à 11h58

La Chine a appelé mardi au dialogue pour résoudre le dossier nucléaire nord-coréen, après la réinscription la veille de la Corée du Nord sur la liste noire américaine des "Etats soutenant le terrorisme".

"Nous espérons que toutes les parties concernées puissent faire davantage pour favoriser l'apaisement des tensions, le retour de toutes les parties aux pourparlers de paix, et qu'elles adoptent la voie correcte du dialogue et des négociations pour résoudre le problème de la péninsule", a indiqué Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, interrogé sur le retour de Pyongyang sur la liste noire des Etats-Unis.

"En plus de menacer le monde de dévastation nucléaire, la Corée du Nord a soutenu de manière répétée des actes de terrorisme international, dont des assassinats en territoire étranger", a déclaré lundi le président américain Donald Trump. 

Interrogé par l'AFP sur les "assassinats" qui ont fondé juridiquement le choix de l'administration, le département d'Etat a refusé de les détailler.

Donald Trump a évoqué le cas de l'étudiant américain Otto Warmbier, détenu par Pyongyang et décédé en juin après son rapatriement dans le coma. M. Trump a encore récemment accusé les Nord-Coréens de l'avoir torturé.

"L'utilisation d'un agent neurotoxique par Pyongyang pour tuer Kim Jong-Nam, le demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un", en février en Malaisie, "est l'exemple le plus flagrant des attaques de la Corée du Nord contre ses dissidents à l'étranger", a réagi le spécialiste des sanctions Anthony Ruggiero, du groupe de pression conservateur Foundation for Defense of Democracies.

- Quelle conséquence ? -

Le régime nord-coréen rejoint les autres ennemis des Etats-Unis inscrits sur cette liste noire: l'Iran et la Syrie, et le Soudan, qui rentre toutefois progressivement dans les bonnes grâces américaines.

Pyongyang y avait déjà figuré de 1988 à 2008, pour son implication présumée dans l'attentat à la bombe contre un avion sud-coréen qui avait fait 115 morts en 1987. 

Pyongyang n'a pas immédiatement réagi. Le Japon a "salué" l'annonce de Washington mais Séoul s'est montré plus mesuré. Cette décision "entre dans le cadre des efforts (internationaux) pour pousser la Corée du Nord sur la voie de la dénucléarisation grâce à de fortes sanctions", a dit le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Mais certains analystes ont mis en garde contre un retour de bâton. "Pyongyang va voir cela comme une déclaration de guerre", a déclaré à l'AFP Yang Moo-Jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes de Séoul. "Il est possible qu'il tire prochainement en représailles un ICBM (missile balistique intercontinental)".

La plupart des experts estiment que le régime ne renoncera jamais à l'arme atomique, qu'il considère comme son assurance-vie.

- 'Plus haut niveau' -

Selon le département d'Etat, Pyongyang est exposé à de nouvelles sanctions pénalisant des personnes et pays qui maintiennent des échanges commerciaux avec lui, même si l'essentiel des outils juridiques est déjà en place. Le Trésor américain annoncera dès mardi des mesures pour atteindre "le plus haut niveau de sanctions", a prévenu M. Trump.

Après les deux dernières résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU répondant à de nouveaux essais balistiques et nucléaires, les sanctions multilatérales ont été nettement durcies. Et les Etats-Unis incitent le reste de la communauté internationale à prendre des mesures unilatérales.

Washington demande notamment à la Chine, principal soutien économique du Nord, de lâcher définitivement son voisin -- Donald Trump s'est montré confiant à cet égard après sa récente visite à Pékin, malgré le scepticisme de nombreux observateurs.

Les Etats-Unis espèrent qu'une fois totalement isolé, soumis à un blocus économique draconien et sous la menace de l'option militaire souvent brandie par le président américain, Kim Jong-Un finira par accepter des négociations sur son programme nucléaire.

Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a souhaité la poursuite de la "période de calme" en cours -- aucun tir de missile ni essai nucléaire nord-coréen depuis le 15 septembre -- mais s'est abstenu d'y voir le résultat de la politique américaine.

 
37 commentaires - Trump désigne Pyongyang comme soutien du terrorisme, Pékin appelle au dialogue
  • pyonkyang est un fou dangereux pour le monde entier a dégager et vite

  • Deux types de soutiens: l'un est politique et l'autre économique. En ce qui concerne PYONG YANG , le soutien au terrorisme bien réel ne peut être que politique. En effet c'est la Chine qui finance en sous main car le régime n'en a pas les moyens, son peuple crève de faim. C'est donc à la Chine qu'il faut s'intéresser en ré-industrialisant nos propres nations européennes. Une croissance nulle en Chine serait suffisante et c'est à portée de main. Par ailleurs l'économie est la seule solution pour l'emploi et non la fonction publique !

  • Les USA n'auraient jamais éliminé personne ?....à l'instar de ce qu'ils reprochent aux nord-Coréens ?...c'est une plaisanterie ?....Buvez, éliminez !

    L'aboutissement ultime est d'affaiblir la Chine, qui est le seul pays à faire peur économiquement aux USA, la Russie les inquiétant militairement (quoi qu’ayant un budget militaire 5 fois moindre...)

  • Il semble que Trump a oublié certains de ses alliés dans cette liste de soutien du terrorisme

    Les alliés des Etats-Unis n'ont jamais soutenu les terroristes, ils les combattent en permanence aux côtés de la Russie et de ses "alliés". Vous dites n'importe quoi à moins que vous soyez contre l'Occident ou nos alliés de circonstance du moment. Peut être êtes vous du côté de la Corée du Nord ou de la gauche radicale. C'est votre choix mais cela ne vous permet pas de dire n'importe quoi sur les Etats-Unis, la Russie et leurs alliés.

    Et au moins avez vous des preuves de ce que vous avancer, sinon votre critique est nulle et non avenue.

  • Depuis le début, c'est Trump et les américains qui veulent la guerre et non la Corée du nord... Les Usa sont dans une fuite en avant depuis des années... Ils n'existent plus économiquement et politiquement que dans la guerre et par la guerre portée à l'étranger..Surendetté, dans une "bulle financière" , leur économie n'est plus qu'un château de cartes plus que fragile, à quand la carte de trop qui fera tout s'écrouler...Je pense que c'est pour très bientôt...le krach boursier...le dollar va chuter... les Usa vont s'effondrer économiquement...une espèce de guerre civile va alors s'installer chez eux...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]