Trans en Chine : un premier rapport accablant

Trans en Chine : un premier rapport accablant

Le 25 mars 2016, Yu Xiaoyang mettant du maquillage avant le premier tour du concours Big Queen, dans l'Icon Club de Shanghai.

A lire aussi

Libération, publié le mardi 21 novembre 2017 à 10h15

En Chine, les transgenres ont trois fois plus de chance d'être au chômage que le reste de la population. Leurs parents ne les ont pas «complètement acceptés» dans 90% des cas et plus de 60% sont atteints, à des degrés divers, de dépression. Neuf ans après sa naissance, en 2008, le centre LGBT de Pékin a publié lundi, à l'occasion de la «Journée internationale du souvenir trans» du 20 novembre, une grande enquête sur la communauté transgenre en Chine, la toute première menée dans le pays le plus peuplé du monde et où, paradoxalement, aucune statistique sur le sujet n'était disponible jusqu'à présent. Sans surprise, les résultats sont accablants.

Ce rapport inédit, financé par les Pays-Bas et soutenu par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud),…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Trans en Chine : un premier rapport accablant
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]