Une exécution suspendue en février de nouveau programmée jeudi en Alabama

Chargement en cours
L'exécution de Willie Smith, 52 ans, est prévue à 18H00 heure locale dans une prison du sud-ouest de l'Alabama, sauf si la Cour suprême décide au dernier moment de la suspendre
L'exécution de Willie Smith, 52 ans, est prévue à 18H00 heure locale dans une prison du sud-ouest de l'Alabama, sauf si la Cour suprême décide au dernier moment de la suspendre
1/2
© AFP
A lire aussi

publié le jeudi 21 octobre 2021 à 17h42

Les autorités de l'Alabama ont prévu d'exécuter jeudi un Afro-Américain condamné pour le meurtre d'une femme blanche il y a 30 ans, après la suspension à la dernière minute de son exécution en février dernier.

L'exécution de Willie Smith, 52 ans, est prévue à 18H00 heure locale (23H00 GMT) dans une prison du sud-ouest de l'Alabama, sauf si la Cour suprême décide au dernier moment de la suspendre. 

C'est ce qui s'était produit en février: alors qu'il devait recevoir une injection létale le soir, la haute cour avait estimé que l'absence d'aumônier dans la chambre de la mort était illégale.

Willie Smith avait demandé que son pasteur soit à ses côtés lors de son exécution, pour faciliter ce qu'il appelait la "transition entre le monde des vivants et celui des morts".

Depuis, les responsables de la prison ont fait savoir qu'ils autoriseraient la présence du pasteur. Mais ses avocats ont introduit d'autres recours. 

Selon eux, M. Smith souffre d'une déficience intellectuelle qui l'a empêché de comprendre qu'il pouvait choisir la manière dont il pouvait être exécuté -- soit par injection létale, soit par l'inhalation d'azote. 

En 1991, Willie Smith avait enlevé une femme de 22 ans devant un distributeur. En la menaçant avec une arme, il l'avait forcée à lui communiquer son code de carte bancaire et avait effectué un retrait d'une centaine de dollars, sous l'oeil d'une caméra de surveillance. 

Il avait ensuite roulé jusqu'à un cimetière et exécuté d'une balle dans la tête sa victime, qui était la soeur d'un policier. Il avait remis le corps dans la voiture de la jeune femme et y avait mis le feu.

Un an plus tard, il avait été condamné à la peine capitale par dix jurés sur douze, l'Alabama étant l'un des rares Etats américains à autoriser les verdicts par des jurys non unanimes.

Il doit être le premier condamné à mort exécuté en Alabama depuis l'irruption du Covid-19.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.