Un séisme rare en Australie sème la panique à Melbourne

Chargement en cours
Face-à-face entre des policiers et des ouvriers du bâtiment durant une manifestation contre l'obligation vaccinale anti-Covid, à Melbourne le 22 septembre 2021
Face-à-face entre des policiers et des ouvriers du bâtiment durant une manifestation contre l'obligation vaccinale anti-Covid, à Melbourne le 22 septembre 2021
1/2
© AFP, William WEST

publié le mercredi 22 septembre 2021 à 11h38

Un séisme de magnitude 5,9 a frappé mercredi, sans faire de victimes, le Sud-Est de l'Australie, faisant trembler les immeubles de Melbourne et sortir en courant des habitants paniqués, dans une région peu habituée aux tremblements de terre.

Le séisme, qui s'est produit à une dizaine de kilomètres de profondeur seulement, a surpris les habitants de la deuxième ville d'Australie à 09H00 (23H00 GMT) et a été ressenti à des centaines de kilomètres à la ronde.

L'Institut d'études géologiques des Etats-Unis (USGS) a évalué la magnitude à 5,9.

Alors que Melbourne, dans sa huitième semaine de confinement pour lutter contre le Covid-19, se préparait à une troisième journée de violentes manifestations anti-vaccins, la plupart des habitants étaient chez eux au moment où la terre a tremblé.

Le Premier ministre Scott Morrison, réagissant depuis New York, a insisté sur le fait qu'il n'y avait pas de victimes ou de dégâts importants.

Il a néanmoins concédé le côté "très perturbant" du séisme pour la population, dans une zone peu habituée aux secousses comme l'Australie.

Les services de secours de l'Etat de Victoria, dont Melbourne est la capitale, ont dit avoir reçu une centaine d'appels à l'aide "en grande partie pour des dommages structurels mineurs au niveau des cheminées et des façades des bâtiments". Certains ont été passés depuis Dubbo, à environ 700 kilomètres de l'épicentre.

Des scènes d'habitants paniqués sortant des maisons ont envahi les réseaux sociaux.

A Melbourne, Zume Phim, 33 ans, propriétaire du café Oppen, s'est précipité dans la rue lors de la secousse.

"Tout le bâtiment tremblait. Toutes les fenêtres, le verre tremblaient, comme une vague de tremblements", a-t-il déclaré à l'AFP. "Je n'avais jamais vécu ça. C'était un peu effrayant".

Dans un quartier commerçant du centre-ville, des morceaux de béton jonchaient la rue.

- "Assez violent" -

"Nous avons eu la chance que personne ne se trouve dans le restaurant à ce moment-là", s'est félicité sur Facebook un établissement aux abords tapissés de briques et de gravats.


"C'était assez violent mais tout le monde était un peu sous le choc", a déclaré à l'AFP Parker Mayo, 30 ans, un employé de café.

"J'étais assis au travail à mon bureau (...) Il m'a fallu un certain temps pour comprendre ce que c'était", a dit à la télévision publique ABC Mark Holcombe, maire de Mansfield, petite ville située près de l'épicentre du séisme.

Les séismes de grande ampleur sont inhabituels en Australie. Celui-ci a été suivi de six répliques avec des magnitudes allant de 2,5 à 4,1, selon Geoscience Australia.

Il s'agit du plus gros séisme dans le Sud-Est du pays depuis des années, a déclaré à l'AFP Mike Sandiford, géologue à l'Université de Melbourne.

Selon lui, un séisme de cette ampleur se produit tous les "10 à 20 ans dans le Sud-Est de l'Australie, le dernier était Thorpdale en 2012".

"Nous en avons eu de très gros de magnitude six à la fin des années 1800, bien que les magnitudes précises ne soient pas bien connues", a-t-il ajouté.

- Des centaines de manifestants -

Les travaux pour réparer les dégâts pourraient être compliqués par le confinement et les manifestations qui se poursuivent. 

Mercredi après-midi, des centaines de personnes en tenue de chantier ont à nouveau manifesté dans le centre de Melbourne pour protester contre l'obligation de la vaccination anti-Covid pour les ouvriers du bâtiment alors que la plupart des chantiers ont été abruptement fermés dans la ville. 

La police anti-émeute de Melbourne a, comme la veille, tiré des balles en caoutchouc pour les disperser, après avoir prévenu que de nouvelles protestations ne seraient "pas tolérées".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.