Le Covid, "défi numéro un" des JO, reconnaît Pékin

Le Covid, "défi numéro un" des JO, reconnaît Pékin
Dépistage du Covid-19 dans un hôpital de Pékin, le 27 octobre 2021
A lire aussi

publié le mercredi 27 octobre 2021 à 06h05

La prévention épidémique sera "le défi numéro un" des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, ont reconnu mercredi les organisateurs, à cent jours du début des épreuves dans la capitale chinoise.

La cité impériale va devenir la première ville du monde à accueillir à la fois des jeux d'été (en 2008) et d'hiver, du 4 au 20 février prochains.

La semaine dernière, la flamme olympique a été remise à la Chine lors d'une cérémonie à Athènes, qui a donné lieu à une manifestation de militants dénonçant la présence du régime communiste au Tibet.

Mais outre les questions de droits de l'Homme, les compétitions risquent d'être dominées par la lutte contre le Covid-19, six mois après les jeux d'été de Tokyo repoussés d'un an pour cause d'épidémie.

Dans ce contexte, les autorités chinoises, qui suivent une politique de zéro contamination, ont ressorti les grands moyens pour éradiquer une flambée épidémique très limitée ces derniers jours dans le nord du pays.

Mardi, la grande ville de Lanzhou, située à 1.700 km à l'ouest de Pékin, a placé en quarantaine ses 4 millions d'habitants, invités à rester chez eux sauf nécessité impérieuse, à la suite de la découverte de quelques dizaines de cas.

"La pandémie est le défi numéro un pour le déroulement des jeux d'hiver", a résumé devant la presse le vice-président du comité d'organisation, Zhang Jiandong.

Une dizaine de provinces, soit le tiers du total, ont renforcé les mesures de prévention, y compris la ville de Pékin où 20 cas de contamination ont été dénombrés depuis une semaine.

Les mesures prévues lors des jeux "réduiront le risque et l'impact du coronavirus", a ajouté M. Zhang, tout en avertissant que les participants qui n'observeraient pas les règles seraient sanctionnés.

Les jeux 2022 se dérouleront dans une "bulle" destinée à enrayer tout risque de contamination au reste de la Chine.

Les 2.900 athlètes attendus devront soit avoir été entièrement vaccinés soit se soumettre à une quarantaine stricte de 21 jours à leur arrivée dans le pays.

Seuls les spectateurs déjà présents en Chine pourront assister aux épreuves. 

Les autorités ont prévu 300 ambulances à pression négative pour transporter d'éventuels patients, sans risque de propagation d'air contaminé vers l'extérieur.

Premier pays touché par la pandémie, la Chine a pratiquement enrayé le virus dès le printemps 2020 après l'adoption de mesures drastiques de contrôle des habitants. Le pays a quasiment fermé ses frontières au reste du monde.

Mercredi, le pays a fait état de 50 nouvelles contaminations au cours des dernières 24 heures. Le bilan officiel depuis le début de l'épidémie est inférieur à 100.000 cas, dont 4.636 mortels.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.