Tariq Ramadan accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec des élèves mineures en Suisse

Tariq Ramadan accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec des élèves mineures en Suisse
L'islamologue, Tariq Ramadan, en mars 2012 à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Orange avec AFP, publié le samedi 04 novembre 2017 à 21h50

Quatre anciennes élèves de Tariq Ramadan assurent, dans la Tribune de Genève, avoir eu des relations sexuelles avec l'islamologue et théologien controversé.

Les faits remontent aux années 1980 et 1990 quand Tariq Ramadan était professeur de Français au Cycle des Coudriers au Collège de Saussure à Genève. Les quatre élèves étaient mineures à l'époque.

L'une d'entre elles, âgées alors de 15 ans, explique au journal suisse avoir fréquenté le théologien en dehors des heures scolaires. Elle aurait eu des relations sexuelles avec lui "à deux ou trois reprises à l'arrière de sa voiture". "Il disait que c'était notre secret", confie-t-elle.

"SOUS SON CONTRÔLE"

Une autre, 18 ans au moment des faits, assure avoir été "abusée et violentée". Ces actes étaient "consenties mais très violents", précise-t-elle. "J'ai eu des bleus sur tout le corps. Il m'a toujours fait croire que je l'avais cherché. L'histoire s'est sue et il m'a menacée, en exigeant le silence de ma part". "J'étais comme d'autres élèves, captivée par le discours de ce professeur charismatique", ajoute-t-elle, précisant que Tariq Ramadan était déjà marié et père de famille. Elle parle "d'abus de pouvoir pur et simple".

"J'avais 17 ans quand on a commencé à s'embrasser et 18 ans quand on a eu des rapports sexuels", rapporte une autre élève. Celle-ci explique également avoir été "fascinée" et "sous le contrôle" de son professeur mais n'a jamais été menacée. Elle n'a reçu aucune violences physiques et assure même en avoir parlé à "plusieurs camarades de classe".



La Tribune de Genève rapporte enfin le témoignage d'un ex-élève, qui aurait reçu les avances de Tariq Ramadan alors qu'elle n'avait que 14 ans. L'islamologue n'est cependant pas passé à l'acte. "Avant d'être ce leader musulman, il était un homme tordu, intimidant, qui usait de stratagèmes relationnels pervers et abusait de la confiance de ses élèves. Il avait une telle emprise sur nous".

La Radio Télévision Suisse (RTS) explique de son côté qu'un ancien élève du Collège de Saussure avait remonté l'information à "l'une des doyennes de l'établissement". Celle-ci assure avoir remonté l'information à la direction.



Tariq Ramadan est visé depuis la semaine passée par une enquête à Paris pour "viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort", à la suite d'une première plainte de l'ancienne salafiste devenue militante laïque Henda Ayari. Il fait l'objet d'une deuxième plainte, déposée à Paris jeudi et qui dénonce des faits similaires, en plein débat autour du harcèlement sexuel dans la société.

Dans une première réaction, samedi sur Facebook, l'islamologue controversé avait affirmé qu'il s'agissait d'une "campagne de calomnie", enclenchée par ses "ennemis de toujours". Ses avocats, qui ont annoncé la semaine passée le dépôt d'une plainte pour "dénonciation calomnieuse" après la plainte de Henda Ayari, menacent également d'engager d'autres actions judiciaires "contre tous ceux qui bafouent la présomption d'innocence" de leur client, dans leur communiqué.

Tariq Ramadan, 55 ans, petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, bénéficie d'une forte popularité dans les milieux musulmans conservateurs. Il est aussi très contesté, notamment dans les sphères laïques, qui voient en lui le tenant d'un islam politique.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU