Syrie: premier vol civil à l'aéroport d'Alep après plusieurs années d'interruption

Syrie: premier vol civil à l'aéroport d'Alep après plusieurs années d'interruption
Le cockpit de l'avion de Syrian Air ayant effectué la première liaison en huit ans entre la capitale Damas et Alep, le 18 février 2020, sur le tarmac de cette grande ville du nord syrien

, publié le mercredi 19 février 2020 à 17h39

Un vol civil transportant ministres syriens et journalistes a atterri mercredi à l'aéroport d'Alep, a rapporté un correspondant de l'AFP, une initiative marquant la reprise des vols commerciaux dans la grande métropole du nord après une interruption de huit ans.

Ce vol intervient quelques jours après que les forces gouvernementales ont reconquis tous les secteurs autour d'Alep, sécurisant la deuxième ville du pays en repoussant jihadistes et rebelles qui tiraient des roquettes sur la grande métropole du nord.

La réouverture de l'aéroport d'Alep et la récente reconquête de l'autoroute M5 qui relie la ville à la capitale Damas représentent une victoire symbolique et économique pour les autorités de Bachar al-Assad.

Les ministres du Transport et du Tourisme se trouvaient à bord de l'Airbus A320 de la compagnie nationale Syrian Air qui a décollé de la capitale Damas, avec à son bord un groupe de journalistes invités par le ministère de l'Information.

Après un vol de 40 minutes, l'avion a atterri à 11H22 (09H22 GMT) à Alep, où des responsables et des employés étaient rassemblés dans une atmosphère festive pour accueillir les passagers.

Cité par l'agence officielle Sana, le ministre des Transports Ali Hammoud a salué la réouverture de l'aéroport et la reprise prochaine --à une date toutefois à préciser-- des vols intérieurs et internationaux.

"C'est une victoire significative réalisée grâce aux sacrifices de l'héroïque armée syrienne et la détermination du peuple syrien", a-t-il lancé.

Lundi, les autorités avaient indiqué que des vols vers Damas et Le Caire seraient programmés "dans les prochains jours".

L'aéroport d'Alep, à l'est de la métropole, a interrompu tous les vols commerciaux en 2012, l'année où des groupes rebelles ont pris le contrôle des quartiers Est de la ville.

Dès 2014 toutefois, certains vols affrétés par le ministère de la Défense ont parfois transporté des journalistes, des dignitaires étrangers ou des civils bénéficiant d'une évacuation médicale urgente.

Chef-lieu de la province du même nom, Alep a été reprise dans son intégralité fin 2016 par le pouvoir de Bachar al-Assad. Des vols tests ont été effectués en 2017.

Les reconquêtes aux environs d'Alep se déroulent dans le cadre d'une offensive lancée en décembre avec le soutien de Moscou, contre l'ultime grand bastion jihadiste et rebelle dans le nord-ouest syrien, à savoir la région d'Idleb et des secteurs limitrophes.

Les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda) dominent encore plus de la moitié de la province d'Idleb et des secteurs attenants dans celles d'Alep, de Hama et de Lattaquié.

Depuis décembre, près de 900.000 personnes ont été déplacées par les violences, selon l'ONU.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pacifiques, la guerre en Syrie a fait plus de 380.000 morts.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.