Syrie: Moscou doit cesser d'être "complice" d'Ankara, clament les autorités d'Afrine

Syrie: Moscou doit cesser d'être "complice" d'Ankara, clament les autorités d'Afrine

Photo d'une manifestation dans la ville syrienne d'Afrine contre l'offensive militaire de la Turquie, le 4 février 2018

AFP, publié le dimanche 04 février 2018 à 18h22

Les autorités locales d'Afrine ont exhorté dimanche la Russie à agir pour que cesse l'offensive turque contre cette région kurde du nord de la Syrie, accusant Moscou de "complicité" dans la mort de dizaines de civils.

Dans la ville d'Afrine, des milliers de personnes sont descendues dans les rues crier leur colère, brandissant des images de victimes de l'opération militaire d'Ankara.

La Turquie et ses alliés au sein des groupes rebelles syriens ont lancé le 20 janvier dans le nord-ouest de la Syrie l'opération "Rameau d'olivier" contre les Unités de protection du peuple (YPG), une force paramilitaire kurde considérée comme "terroriste" par Ankara mais qui est aussi une alliée précieuse des Etats-Unis dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

"Nous demandons à la Russie en particulier de cesser son soutien à l'Etat turc terroriste", ont écrit dans un communiqué les autorités locales de l'enclave syrienne. Les Kurdes jouissent d'une autonomie de facto dans le nord de la Syrie en guerre.

Moscou "porte une responsabilité dans les massacres perpétrés par l'Etat turc fasciste", ont-elles ajouté.

La Russie, qui intervient depuis 2015 dans le conflit syrien en soutien au régime de Bachar al-Assad, comptait des troupes dans la région d'Afrine mais les a retirées au moment du déclenchement de l'offensive.

Les YPG et les autorités locales ont indiqué qu'elles considéraient ce retrait comme une approbation tacite de l'opération turque.

Dans leur communiqué, les responsables kurdes appellent aussi les Etats-Unis, l'Union européenne, l'ONU et la coalition internationale antijihadistes à "intervenir immédiatement".

Plusieurs partis kurdes, dont le Parti de l'union démocratique (PYD) -la branche politique des YPG-- ont signé conjointement un autre communiqué, appelant la Russie et les Etats-Unis à mettre fin à l'offensive turque, qu'ils ont qualifiée d'attaque contre "l'ensemble de la Syrie et de son peuple".

Ils ont également exhorté le gouvernement syrien à prendre ses responsabilités pour protéger "les frontières et les citoyens" syriens.

- 'Pas peur' -

La Turquie n'a jamais accepté l'autonomie de facto établie par les Kurdes dans le nord syrien, craignant de voir sa propre communauté kurde développer des aspirations similaires.

Elle fait valoir que son offensive vise uniquement à sécuriser ses frontières sud, et assure faire son maximum pour éviter les pertes civiles.

Au son des tambours et de chants nationalistes, des milliers de personnes --hommes, femmes et enfants-- ont manifesté dimanche à Afrine contre l'offensive turque, brandissant des drapeaux des YPG, des rameaux d'oliviers, mais aussi des portraits d'Abdullah Öcalan, le chef de la rébellion kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), détenu depuis 1999 en Turquie.

Ankara accuse avec véhémence les YPG d'entretenir des liens avec le PKK, qui mène depuis trois décennies une insurrection armée contre le pouvoir turc.

"Nous ne baisserons pas la tête face à (président turc Recep Tayyip) Erdogan, nous n'avons pas peur de lui", clame Amina Mohammed, la cinquantaine.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 68 civils, dont 21 enfants, ont été tués dans les bombardements turcs menés dans le cadre de cette offensive. Sept civils ont eux perdu la vie dans des villes turques proches de la frontière qui ont été visées par des tirs de roquette des YPG, d'après un bilan donné côté turc.

Du côté des combattants, plus d'une centaine de rebelles pro-turcs et un nombre équivalent de membres des YPG sont morts dans les affrontements, selon l'OSDH. Quatorze soldats ont aussi péri.

"Nous tenons le monde pour responsable car nous avons combattu le terrorisme (l'EI) au nom de tous, mais aujourd'hui le monde est d'accord avec le meurtre de Syriens", a de son côté argué Ali Mahmoud, un manifestant âgé de 45 ans.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
11 commentaires - Syrie: Moscou doit cesser d'être "complice" d'Ankara, clament les autorités d'Afrine
  • effectivement MAIS pour Damas Ankara Téhéran Bagdad et leur alliés le Kurdistan est l'ennemie commun

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    C'était avant qu'il fallait réfléchir. Les kurdes on jouer avec toutes les cartes. et navigué à vue en fonction des événements sans se tenir à une stratégie immuable fiable et claire. Les kurdes ont joué les cartes du gouvernement syrien, celles des russes et finalement celles des américains.Les kurdes ont commis l'erreur politique de collaborer avec l'agresseur et l'envahisseur américain qui viole le droit internationale en envahissant la Syrie. A présent les kurdes payent les conséquences de leur collaboration avec l'occupant. que les kurdes choisissent leur camp. on ne peut pas avoir un pied dans chaque camp. Les russes se sont retirés de la région d'Afrinn mais d'ailleurs les américains ont déclaré dés le début de l'offensive turc qu'ils cessaient de fournir armes et munitions aux kurdes. Et les kurdes ensuite ont demandé la protection du gouvernement syrien. donc il va falloir que les kurdes choisissent.

  • Moscou ...et la FRANCe
    une condamnation unanime doit s'élever contre les crimes lâches du sultan ...

  • C'est une grande réussite de la politique US...
    Pensez, ils sont alliés de la Turquie au sein de l'OTAN pour fermer aux Russes l'accès à la Méditerranée par la seule mer libre de glace qui les borde.
    Et dans le même temps, ils soutiennent les Kurdes en espérant que, maintenant l'EI éliminé, ils pourront les utiliser pour "dégonder" Assad.....
    Chose que les Russes ne risquent pas de laisser faire. Ce qui les amène à laisser faire les Turcs non pour neutraliser les Kurdes en tant que tels mais pour contrer les US....
    Comme le chantait Johnny: "il ne manque qu'une étincelle pour allumer le feu....."

  • Nous devons venir en aide à nos allier les Kurdes. DANS l'histoire nous n'avons pas respecté nos accords de défense envers la république tchèque ,polonaise face aux nazis nous voyons ou cela nous à mené.IL serait grand temps de respecter nos alliances ,sinon la honte retombera sur nous . Macron à tu des couilles?

    Il en a oui, mais ce ne sont jamais les siennes, comme disait un certain général
    à l'encontre de l'un de ses copains.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]