Syrie: le régime chasse l'EI de Boukamal, pilonne un fief rebelle

Chargement en cours
 Deux hommes désespérés face au corps sans vie d'un enfant tué par des bombardements du régime syrien à Douma, une ville rebelle, le 19 novembre 2017

Deux hommes désespérés face au corps sans vie d'un enfant tué par des bombardements du régime syrien à Douma, une ville rebelle, le 19 novembre 2017

1/2
© AFP, Hamza Al-Ajweh
A lire aussi

AFP, publié le dimanche 19 novembre 2017 à 20h32

L'armée syrienne et ses alliés ont chassé de nouveau dimanche le groupe Etat islamique (EI) de Boukamal, dernière ville aux mains de l'organisation ultraradicale en Syrie où les jihadistes n'ont plus que quelques poches.

Sur un autre front du conflit, les bombardements du régime syrien sur la région rebelle de la Ghouta orientale, près de Damas, ont fauché encore des vies, l'ONU appelant les belligérants à ne plus viser les civils.

Un vidéaste de l'AFP dans cette région a vu des scènes insoutenables de médecins tentant de sauver des enfants grièvement blessés, les yeux hagards en attendant des perfusions d'urgence, les membres abîmés par des éclats. Dans une salle, un homme désespéré embrasse le corps sans vie d'un enfant.

Dans l'est syrien, l'EI a perdu Boukamal, la dernière ville sous son contrôle en Syrie.

Avec ce dernier revers, l'organisation jihadiste ne contrôle plus que quelques poches en Syrie, où son "califat" autoproclamé en 2014 s'est effondré.

"L'armée syrienne et les forces supplétives et alliées ont pris le contrôle de la ville de Boukamal et procèdent au nettoyage des mines et des explosifs plantés par l'EI", a indiqué une source militaire syrienne à l'AFP. 

"L'EI a opposé une résistance féroce, en ayant recours aux engins explosifs et aux kamikazes. Mais le siège de la ville a permis à l'armée de remporter la bataille", a-t-elle précisé. 

L'armée avait annoncé début novembre avoir reconquis cette ville avant que les jihadistes ne réussissent quelques jours plus tard à en reprendre le contrôle.

L'agence de presse officielle syrienne Sana a également rapporté que les troupes gouvernementales et leurs alliés "ont écrasé les dernières poches des terroristes de l'EI dans la ville".

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a pour sa part confirmé que le régime contrôlait totalement Boukamal.

"Les combattants de l'EI se sont retirés vers le fleuve Euphrate", situé directement à l'est de la cité, a précisé à l'AFP son directeur Rami Abdel Rahmane.

D'après lui, combattent aux côtés de l'armée syrienne, le Hezbollah libanais, les Gardes de la révolution iraniens ainsi que des milices irakiennes, tous alliés de Damas.

Appuyées par l'aviation russe, les forces du régime avaient réussi jeudi à reprendre pied dans cette ville située tout près de la frontière irakienne, dans la province pétrolière de Deir Ezzor.

En 2014, à l'issue d'une percée fulgurante, les jihadistes s'étaient emparés de près de la moitié de la Syrie et de près d'un tiers du territoire irakien, et avaient proclamé un "califat" à cheval entre ces deux pays.

Mais aujourd'hui, l'EI n'a plus que des poches dans l'est, le centre et le sud de la Syrie. En Irak, elle a aussi perdu son dernier fief urbain vendredi et ne contrôle plus que quelques territoires désertiques.

- Escalade autour de Damas -

Ailleurs en Syrie, pays déchiré par une violente guerre depuis 2011, les troupes de Bachar al-Assad continuaient de bombarder intensément la région rebelle assiégée de la Ghouta, près de Damas, pour le sixième jour consécutif.

Au moins huit civils ont été tués et 25 autres ont été blessés dans des bombardements sur les villes de Douma et Mesraba, selon l'OSDH.

Le vidéaste de l'AFP a vu de nombreux blessés dans un hôpital de Douma, la plus grande ville de la Ghouta.

L'intensification des bombardements du régime intervient après une attaque mardi du groupe rebelle islamiste Ahrar al-Cham contre une base de l'armée syrienne près de la localité de Harasta.

Répondant à leur tour aux frappes du régime, les insurgés ont tiré des obus sur la capitale syrienne, faisant plus d'une dizaine de morts cette semaine.

La guerre complexe en Syrie impliquant de multiples acteurs a fait plus de 330.000 morts depuis mars 2011.

 
6 commentaires - Syrie: le régime chasse l'EI de Boukamal, pilonne un fief rebelle
  • Ce qui serait bien, c'est que papi la gatouille arrête de reproduire un copié-collé vieux de trois ans.

    avatar
    STURMIIIG  (privé) -

    Pourriez-vous donner quelques précisions sur le papi........ ?

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    Bachar al-Assad et Vladimir Poutine, soutenus par l'Iran l'Irak et le Hezbollah ont remporté de fait la guerre il y a déjà deux ans, et ne font désormais que consolider leur victoire.
    Cette victoire de la guerre en Syrie met fin à la période où l'Occident s'est crût tout permis avec la fin de l'URSS et a pratiqué sans vergogne une géo-politique du chaos avec la morgue et l'arrogance de ceux qui sont convaincus et persuadés de leur impunité. Et bien cette période est finie. Terminée. Les occidentaux devront l'admettre. Le monde entre dans une nouvelle aire.

    avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    ilfallaitledire
    Le PIB brut seul exprimé en dollar ne veut rien dire. Il faut prendre en compte le PIB exprimé en parité de pouvoir d'achat (PPA) – je te rappelle que la monnaie russe est le rouble et pas le dollar. Donnée FMI : la Russie renoue avec sa croissance à deux chiffres. La prévision de croissance russe du PIB par le FMI est de 14% à "prix courant" entre 2016 et 2017. C'est la plus forte progression des 30 pays les plus riches. Les us ne progressent que de 4%. Et je te rappelle que la Russie fait partie du G20 (les vingt pays les plus riches) et avant d'être exclue pour des raisons strictement politiques la Russie était au G8 (les huit pays les plus riches). Donc tu vois ta "théorie" tombe à plat. La Russie en 2017 est 12ème pays les plus riches. je vois que le PPA et la croissance du PIB à "prix courant" c'est trop technique pour toi. Alors petit cour abrégé d’économie pour les nuls :
    La parité de pouvoir d'achat (PPA) est une méthode utilisée en économie pour établir une comparaison entre pays du pouvoir d'achat des devises nationales, ce qu'une simple utilisation des taux de change ne permet pas de faire. La parité de pouvoir d'achat (PPA) est un taux de conversion monétaire qui permet d'exprimer dans une unité commune les pouvoirs d'achat des différentes monnaies. Ce taux exprime le rapport entre la quantité d'unités monétaires nécessaire dans des pays différents pour se procurer le même « panier » de biens et de services. Ce taux de conversion peut être différent du « taux de change » ; en effet, le taux de change d'une monnaie par rapport à une autre reflète leurs valeurs réciproques sur les marchés financiers internationaux et non leurs valeurs intrinsèques pour un consommateur.
    Le calcul « à prix courants » est fréquent en économie dès lors que l'on souhaite effectuer des comparaisons à la fois dans l'espace (lorsque les pouvoirs d'achat des devises ne sont pas identiques) et dans le temps (lorsque la valeur de l'unité de compte monétaire évolue). L'analyse effectuée permet alors d'étudier le pouvoir d'achat et son évolution.

    avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    ilfallaitledire
    Le PIB brut seul exprimé en dollar ne veut rien dire. Il faut prendre en compte le PIB exprimé en parité de pouvoir d'achat (PPA) – je te rappelle que la monnaie russe est le rouble et pas le dollar. Donnée FMI : la Russie renoue avec sa croissance à deux chiffres. La prévision de croissance russe du PIB par le FMI est de 14% à "prix courant" entre 2016 et 2017. C'est la plus forte progression des 30 pays les plus riches. Les us ne progressent que de 4%. Et je te rappelle que la Russie fait partie du G20 (les vingt pays les plus riches) et avant d'être exclue pour des raisons strictement politiques la Russie était au G8 (les huit pays les plus riches). Donc tu vois ta "théorie" tombe à plat. La Russie en 2017 est 12ème pays les plus riches.

    papi la gatouille, il faudrait peut-être arrêter de nous servir un copié-collé vieux de cinq ans. Si vous n'avez pas évolué, le monde l'a fait.

  • C'est drôle les médias s’apitoient sur les blessés,enfants de préférences quand c'est les syriens et les russes qui bombardent jamais quand les américains et leurs alliés (dont la France) massacrent à l'aveugle des villes comme Mossoul rasée pendant 5 mois

  • On dirait qu'ici, ça devient un peu compliqué pour la presse du régime. Un coup, c'est l'armée syrienne; le paragraphe suivant, c'est les forces du régime, encore après c'est l'armée de Bachar al Assad. Au secours! Donnez nous des éléments de language qu'on puisse répéter à l'infini.

    Je pense que c'est simplement pour éviter les redites de langage. Rien de déroutant la dedans

  • Ahrar al-Cham nouvelle organisation pilotée par le fils préféré de Ben Laden ca va continuer ne vs inquietez pas

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]