Syrie : la mission de l'ONU est arrivée à Douma, lieu de l'attaque chimique présumée

Syrie : la mission de l'ONU est arrivée à Douma, lieu de l'attaque chimique présumée
La ville de Douma était une poche de résistance rebelle en Syrie. Elle a été évacuée à la suite de l'attaque du 7 avril.

leparisien.fr, publié le samedi 21 avril 2018 à 15h41

Cette ville syrienne a été le théâtre, le 7 avril, d'une attaque qui a fait au moins 40 morts.

Selon le gouvernement russe, les inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sont arrivés ce samedi à Douma. Cette ville syrienne a été le théâtre, le 7 avril, d'une attaque chimique présumée qui a fait au moins 40 morts.

« Selon les informations dont nous disposons, la mission spéciale de l'OIAC [...] s'est rendue le 21 avril dans la matinée [...] sur les lieux du recours présumé à des substances toxiques », annonce le ministère dans un communiqué.

L'inspection retardée pour des raisons de sécurité

L'équipe de cet organisme affilié à l'ONU était arrivée en Syrie le 14 avril. Son retard pour commencer son travail d'inspection a Douma, en Ghouta orientale, a été notamment expliqué par des raisons de sécurité. « La sécurité du personnel de l'OIAC a été garantie non seulement par la partie syrienne, mais aussi par le commandement du contingent russe en Syrie », souligne le communiqué.

« Nous nous attendons que les inspecteurs de l'OIAC mènent l'enquête la plus impartiale possible de toutes les circonstances de ce qui s'est passé à Douma et qu'ils en fassent un rapport objectif », poursuit la diplomatie russe, affirmant que « jusqu'ici, l'OIAC et l'ONU se contentaient des enquêtes à distance en se basant sur les informations fournies par les opposants aux autorités officielles » syriennes.

Des frappes de Washington, Paris et Londres

Imputée aux forces gouvernementales syriennes par les Occidentaux, l'attaque aux « gaz toxiques » sur Douma a déclenché des frappes de Washington, Paris et Londres contre des installations du pouvoir syrien et un pic de tensions diplomatiques. La Russie a été accusée à plusieurs reprises par les Occidentaux d'entraver l'accès des inspecteurs de l'OIAC à Douma, les accusations qu'elle a rejeté avec véhémence en les qualifiant de « sans fondement ».

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.