Syrie: évacuations médicales dans une zone rebelle assiégée près de Damas

Chargement en cours
 Du personnel du Croissant Rouge syrien évacue un enfant de Douma, dans la Ghouta orientale assiégée par le régime de Damas, le 26 décembre 2017

Du personnel du Croissant Rouge syrien évacue un enfant de Douma, dans la Ghouta orientale assiégée par le régime de Damas, le 26 décembre 2017

1/3
© AFP, ABDULMONAM EASSA
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 27 décembre 2017 à 13h08

Des opérations d'évacuation ont débuté pour des civils en état médical critique dans la Ghouta orientale, une zone rebelle proche de Damas assiégée depuis des années par le régime syrien et au coeur d'une grave crise humanitaire, ont annoncé mercredi des ONG.

Après des mois d'attente pendant lesquels au moins 16 personnes sont mortes, "le @SYRedCrescent (Croissant Rouge syrien) et l'équipe d'@ICRC (Comité international de la Croix-Rouge) ont commencé l'évacuation de cas médicaux critiques de la Ghouta orientale vers Damas", a déclaré le CICR sur Twitter. 

Quatre habitants ont été évacués dans la nuit de mardi à mercredi, a indiqué à l'AFP un responsable du Croissant Rouge syrien, Ahmed al-Saour, précisant qu'au total 29 malades devraient pouvoir quitter le secteur rebelle dans les heures ou les jours à venir.

Les quatre personnes évacuées sont "une fillette hémophile, un enfant atteint du syndrome de Guillain-Barré (une maladie qui atteint le système nerveux, ndlr), un enfant souffrant de leucémie et un homme qui a besoin d'une greffe de rein", a-t-il ajouté.

Dans la nuit illuminée seulement par les phares des ambulances, les familles attendaient fébrilement les évacuations médicales, ont constaté des correspondants de l'AFP.

Dans l'ambulance, la petite Ingy souffrant d'hémophilie affiche un large sourire, emmitouflée dans un manteau rose.

Près de 400.000 personnes sont prises au piège dans la Ghouta, assiégée par le régime depuis la mi-2013 et où de nombreux cas de malnutrition ont été rapportés parmi les habitants, dont la moitié sont des enfants.

L'ONU demandait depuis des semaines de pouvoir évacuer de la Ghouta près de 500 malades. Au moins seize de ces personnes sont décédées, a déclaré jeudi dernier à la presse à Genève le chef du groupe de travail humanitaire de l'ONU pour la Syrie, Jan Egeland, détaillant notamment le décès par malnutrition d'un bébé de neuf mois.

Une autre organisation caritative, la Syrian American Medical Society, a confirmé sur Twitter que les évacuations concernaient "29 cas critiques, dont l'évacuation médicale vers Damas a été approuvée. Quatre patients ont été évacués aujourd'hui". Le reste des patients devraient être transportés dans les prochains jours d'après elle. 

Dernier fief de la rébellion, la Ghouta fait partie des quatre "zones de désescalade" définies en mai par la Russie et l'Iran, alliés du régime, et la Turquie, soutien des rebelles. Le but était de tenter de parvenir à une trêve durable en Syrie, ravagée par une guerre destructrice depuis 2011, qui a fait plus de 340.000 morts.

 
5 commentaires - Syrie: évacuations médicales dans une zone rebelle assiégée près de Damas
  • C'est Noël, la presse du régime n'a rien trouvé d'autre pour faire pleurer dans les chaumières que ce papier truffé d'incertitudes et d'erreurs...

  • Il n'existe aucune autre solution que d'obliger les combattants de DAECH a se rendre de façon a libérer ces quartiers ou ils ont fait régner la terreur ...ils sont coupables eux aussi de crimes de guerre et doivent êtres condamnés .... l'avenir de la Syrie ne peut pas passer par l'islam radicalisé ....

  • Les infos venant de Syrie sont à prendre avec beaucoup de circonspection ..... On écrit tout et n'importe quoi ! une fillette "hémophile"...... NON , c'est une maladie qui touche les garçon essentiellement ....

    et une autre atteinte de la maladie de Guillain-Barré, la survie n'est que de quelques minutes puisque la respiration s'arrête, à moins d'être transportée ds un centre se soins intensifs...moi j'ai deux amis, pourtant en excellentes santé, qui en sont mort en France, c'est bien de soutenir les criminels de guerre mais éviter d'écrire des C...

    Je ne soutiens pas les criminels de guerre Nemrod, loin de là, je dis simplement que je prends les infos venant de Syrie surtout avec beaucoup de circonspection , et ceci sans le moindre jugement de valeur ... !! Il y a de l'information et de la désinformation ! Je n'ai fait allusion qu'à l'hémophilie il me semble ! L'histoire de vos amis, aussi triste soit-elle est hors sujet !

  • De sources fiables , les rebelles syriens se sont vus renforcés par de nombreux ex soldats de l'E.I. en déconfiture. Il est fort à parier que l'état syrien réduira les poches rebelles de la même façon que lors de sa lutte contre daesh.

  • C'est simple, les fameux "rebelles" doivent se rendre et tout sera fini.

    C'est la seule solution.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]