Syrie: début de la réunion de l'OIAC sur l'attaque de Douma

Chargement en cours
 Une image capturée sur une vidéo diffusée par les secouristes syriens en zones rebelles, les Casques blancs, montrant un enfant victime d'une attaque chimique présumée soigné dans un hôpital improvisé de Douma le 8 avril 2018

Une image capturée sur une vidéo diffusée par les secouristes syriens en zones rebelles, les Casques blancs, montrant un enfant victime d'une attaque chimique présumée soigné dans un hôpital improvisé de Douma le 8 avril ...

1/2
© AFP, HO

AFP, publié le lundi 16 avril 2018 à 10h44

Une réunion d'urgence de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) s'est ouverte lundi matin à La Haye, a-t-on appris de sources diplomatiques. 

Cette réunion a été convoquée après l' attaque chimique présumée du 7 avril contre la ville de Douma, qui a entraîné une semaine plus tard des frappes occidentales ciblées. 

Une équipe d'experts dépêchée par l'OIAC a débuté dimanche dans le plus grand secret une enquête sur place.

Les ambassadeurs russe et français sont arrivés parmi les premiers lundi matin au siège de l'organisation, suivis du représentant britannique.

La rencontre a lieu au niveau du conseil exécutif de l'OIAC, qui compte 41 membres sur les 192 affiliés.

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mokdad, s'est rendu dimanche à l'hôtel où réside la mission de l'OIAC à Damas et en est ressorti trois heures plus tard, a constaté une journaliste de l'AFP.

Il n'a pas été confirmé que les experts se soient rendus sur place, à Douma, comme l'avait annoncé dans la matinée à l'AFP un officiel syrien. "Nous laisserons l'équipe faire son travail de manière professionnelle, objective, impartiale et loin de toute pression. Les résultats de l'enquête infirmeront les allégations mensongères" contre Damas, avait assuré ce responsable syrien.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.