Syrie : accord pour évacuer la dernière poche rebelle de la Ghouta

Syrie : accord pour évacuer la dernière poche rebelle de la Ghouta

Un habitant de Douma dans les ruines de la ville, samedi 30 mars.

leparisien.fr, publié le dimanche 01 avril 2018 à 12h13

Un « accord final » parrainé par la Russie a été trouvé pour évacuer les rebelles syriens du groupe Jaich al-Islam, qui tiennent la ville de Douma, dernière poche insurgée dans la Ghouta orientale.

Plusieurs centaines de civils vont pouvoir être évacués de la ville syrienne de Douma, dans l'enclave rebelle de la Ghouta. Un accord en ce sens a été conclu entre la Russie, alliée du régime de Bachar al-Assad, et les rebelles acculés dans cette localité de la banlieue de Damas.

Citant des « sources diplomatiques », le quotidien prorégime Al-Watan annonce ce dimanche que l'accord prévoit l'abandon par les rebelles de leur artillerie lourde avant qu'ils ne quittent Douma « vers des régions dans le nord de la Syrie ».

LIRE AUSSI >Syrie : comment Assad trie les opposants de la Ghouta

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, une ONG basée à Londres, l'accord final prévoit que les rebelles et leurs familles, mais aussi d'autres civils le souhaitant, soient évacués vers des territoires insurgés dans la province d'Alep, au nord du pays. « La police militaire russe va entrer dans la ville », souligne l'ONG, qui avançait le chiffre de 1 300 civils concernés.

« Un clou dans le cercueil des terroristes »Ultime poche de résistance aux forces du régime, bombardée et assiégée depuis trois ans, Douma est tenue par le groupe Jaich al-Islam. Selon l'OSDH, ce groupe voulait négocier son maintien à Douma en échange de son désarmement et du déploiement de la police militaire russe. Mais Moscou ne voulait pas d'accord différent de ceux passés avec les autres groupes rebelles : les habitants peuvent rester sur place, les combattants et ceux qui le souhaitent sont évacués.

Des évacuations sont déjà en cours à Douma, concernant des centaines de civils, notamment des malades ou des blessés, mais aussi des familles de combattants rebelles, rattachés à une autre faction rebelle Faylaq al-Rahmane, minoritaire dans cette enclave contrôlée par Jaich al-Islam. Ces évacués doivent, eux, rejoindre la province d'Idleb, dans le Nord-Ouest.

Samedi, le régime syrien avait promis de poursuivre les combats pour reprendre Douma. Pour faire pression, les forces pro gouvernementales ont consolidé leur présence autour de la ville. La reprise totale de la Ghouta, aux portes de la capitale syrienne, marquerait une victoire retentissante pour Bachar al-Assad dans la guerre qui ravage le pays depuis 2011. « La victoire dans la Ghouta est un clou dans le cercueil des terroristes », proclamait samedi à la télévision d'Etat un officier de l'armée syrienne.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.