Sur la nouvelle frontière, soldats arméniens et azerbaïdjanais se surveillent à nouveau

Chargement en cours
Des travailleurs arméniens récoltent des grenades dans un champ du village de Berdashen, au Nagorny Karabakh, le 27 novembre 2020
Des travailleurs arméniens récoltent des grenades dans un champ du village de Berdashen, au Nagorny Karabakh, le 27 novembre 2020
1/4
© AFP, Karen MINASYAN

, publié le samedi 28 novembre 2020 à 16h41

Zhorik Grigoryan a failli perdre ses sept hectares de grenadiers. A Berdashen, dans l'est du Nagorny Karabakh, la ligne de cessez-le-feu entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes s'est figée à 50 mètres du champ de l'agriculteur.

Ici, dans le district de Martouni, les troupes arméniennes ont dû reculer de près de cinq kilomètres face à l'avancée de celles de Bakou. Jusqu'à l'accord de fin des hostilités signé le 9 novembre, sous patronage russe, après six semaines de guerre.

Au bout du champ de grenadiers passe la route qui relie Martouni à Aghdam, au nord, dont le district a été rétrocédé à l'Azerbaïdjan. Seuls des militaires et quelques agriculteurs locaux l'empruntent.

A 50 mètres en retrait de la route, le drapeau azerbaïdjanais flotte sur un poteau électrique au pied duquel est installé un poste de garde sommaire: une tente et quelques pneus empilés en guise de protection pour une poignée de soldats qui veillent. Au-delà, une plaine vide s'étend à perte de vue.

En face, une quinzaine de militaires arméniens ont aussi établi un campement tout aussi simple.

Chacun surveille l'autre, sans tension apparente.

"Nos soldats sont ici, sur cette position. Et là ce sont les Azerbaïdjanais", montre Mishik Grigoryan, 45 ans, l'officier qui commande le poste. "Il n'y a aucun problème, nous n'avons aucun problème (avec les Azerbaïdjanais). Nous sommes prêts à défendre notre terre", assure-t-il.

A 200 mètres de là sur la bande d'asphalte, des soldats de la paix russes tiennent un barrage filtrant avec barrières. Leur base est plus conséquente et flanquée de blindés.

La nouvelle frontière est marquée par des piquets en bois d'un mètre de haut, le bout peint en blanc et rouge, plantés tous les vingt mètres environ.

Dans le champ de grenadiers la récolte bat son plein, sous l'oeil de Zhorik Grigoryan, 73 ans. Une douzaine d'hommes du village remplissent des gros sacs de fruits qui sont envoyés à Erevan, la capitale de l'Arménie, pour y faire du vin ou du jus.

"Il n'y a pas de crainte à avoir. Les soldats (arméniens) sont positionnés sur la ligne (de cessez-le-feu), les troupes russes sont présentes, nous ne craignons rien", juge l'agriculteur, qui se dit toutefois "inquiet pour l'avenir".

 - "Inquiet pour l'avenir" -

Ses trois petits enfants étaient à l'armée quand la guerre a éclaté. L'un est mort, un autre a été blessé et est hospitalisé à Erevan, le dernier est toujours en service.

"Je ne suis pas satisfait de l'issue de la guerre, parce que nous avons perdu tellement de soldats et de territoires", dit le septuagénaire avec amertume.

Un peu plus au sud, près de la route, un autre petit campement regroupe une douzaine de jeunes soldats arméniens. Ils assurent le guet derrière un long remblais de terre de plus de deux mètres de haut, face à l'Azerbaïdjan. Ils ont entre 18 ans et une vingtaine d'années. Ici, pas de gradés.

Minas, né à Erevan, avait migré en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014. Il est revenu pour combattre, dès le début de la guerre. Depuis, il n'a pas quitté l'uniforme, comme ses camarades.

Interrogé sur la fin des hostilités, il dit "regretter". "Mais c'était difficile, nous n'avions pas les moyens de nous battre".

Il raconte les drones armés qui ont beaucoup frappé leurs positions. Il cite aussi un ami qui combattait sur le front sud, à Djebraïl. "Les premiers jours, ils ont vu déferler en face d'eux des dizaines de chars et plein d'hommes. Ils ont été submergés, c'était impossible de résister".

Beaucoup de leurs camarades sont morts. Eux sont encore là, pour 35.000 drams (environ 60 euros) par mois. Aujourd'hui, ils voudraient simplement "dormir tranquillement" et savoir quand ils pourront revoir leurs proches.

Minas doit se marier, mais il ne sait pas quand il pourra.

Vers midi, un taxi déboule au campement. Les jeunes soldats en sortent des sacs de nourriture fraiche. "Aujourd'hui nous fêtons la naissance de l'enfant de l'un de nous", expliquent-ils.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.