Stopper le Covid-19, tout en préparant la prochaine pandémie, c'est possible ?

Stopper le Covid-19, tout en préparant la prochaine pandémie, c'est possible ?
(Photo d'illustration)

publié le dimanche 16 mai 2021 à 07h00

Plus de moyens, transferts de technologie, une OMS libre et transparente... Si le monde a échoué à enrayer rapidement l'épidémie de Covid-19, il est encore temps de stopper le virus tout en se préparant à affronter le nouvel agent pathogène qui viendra menacer l'humanité, estiment des experts indépendants mandatés par l'OMS.

La pandémie de Covid-19 qui a tué plus de 3,3 millions de personnes, en a infecté des dizaines de millions d'autres et terrassé l'économie mondiale "aurait pu être évitée", selon des experts indépendants mandatés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport publié mercredi 12 mai. 



"Il est clair que la combinaison de mauvais choix stratégiques, d'un manque de volonté de s'attaquer aux inégalités et d'un système manquant de coordination a créé un cocktail toxique qui a permis à la pandémie de se transformer en une crise humaine catastrophique", dénoncent ces 13 experts. 

Pour mettre fin à la pandémie et se préparer à la prochaine crise sanitaire mondiale, ils formulent ainsi une série de recommandations, appelant notamment les pays riches à fournir plus de deux milliards de doses de vaccin d'ici mi-2022.

Voici un tour d'horizon des principales recommandations

COMMENT STOPPER LE COVID-19...

. Deux milliard de doses

Les pays à revenu élevé ayant une filière de développement de vaccins pour une couverture significative, devraient, parallèlement à l'intensification de leur production, s'engager à fournir plus de deux milliards de doses de vaccin d'ici mi-2022, dont au moins un milliard d'ici septembre, aux 92 pays à revenu faible ou intermédiaire bénéficiant du système de distribution Covax.

. Ultimatum sur la propriété intellectuelle

Les principaux pays producteurs de vaccins et les fabricants devraient se réunir, sous les auspices conjoints de l'OMS et de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), pour convenir de l'octroi de licences volontaires et de transferts de technologies afin d'augmenter la production er résorber la pénurie. Si aucune mesure en ce sens n'est prise dans un délai de trois mois, une renonciation aux droits de propriété intellectuelle "devrait entrer en vigueur immédiatement".

. Fonds du G7

Le G7 devrait s'engager immédiatement à fournir 60% des 19 milliards de dollars nécessaires en 2021 au dispositif international chargé d'accélérer l'accès aux outils de lutte contre le Covid (Accélérateur ACT). Et une formule de partage des charges devrait être adoptée pour assurer un financement continu de ces biens publics mondiaux (vaccins, produits de diagnostic, traitements...).

. Appliquer les recettes qui fonctionnent

Chaque pays devrait appliquer les mesures de santé publique ayant fait leurs preuves à l'échelle requise pour enrayer la pandémie. "Pour ce faire, le leadership des chefs d'Etat et de gouvernement est primordial", selon les experts.

... TOUT EN SE PREPARANT A LA PROCHAINE PANDEMIE

. Un organe mondial de lutte

Les experts proposent de créer un Conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires qui serait "chargé de maintenir l'engagement politique à l'égard de la préparation et de la réponse aux pandémies et de la responsabilisation des différents acteurs, notamment par un suivi et un contrôle mutuel". Les pays devraient également adopter une Convention-cadre sur la pandémie au cours des six prochains mois.

. Une OMS libre et transparente

Ils demandent la mise en place d'un nouveau système mondial de surveillance fondé sur une "transparence totale". Ce système donnerait à l'OMS le pouvoir de publier immédiatement des informations sur les épidémies susceptibles de donner lieu à une pandémie. L'OMS n'aurait pas à à demander d'approbation et pourrait dépêcher des experts afin de procéder à des investigations sans délai. L'OMS doit aussi pouvoir fixer des objectifs mesurables pour évaluer les capacités nationales de réponse aux pandémies.

. Renforcer l'autorité de l'OMS

Les experts appellent aussi à renforcer le financement de l'OMS, notamment en élaborant un nouveau modèle de financement pour mettre un terme aux fonds spécifiques et augmenter les cotisations des Etats membres (deux tiers). L'autorité et l'indépendance du directeur général de l'organisation doit aussi être renforcée, notamment par un mandat unique de sept ans sans possibilité de réélection (contre un mandat actuel de 5 ans reconductible). La même règle devrait être adoptée pour les directeurs régionaux.

. Mécanisme mondial de financement

Créer un Mécanisme international de financement en cas de pandémie, qui aurait la capacité de mobiliser des contributions à long terme (10 à 15 ans) d'environ 5 à 10 milliards de dollars par an pour financer la préparation permanente. Il serait également prêt à dépenser rapidement entre 50 et 100 milliards de dollars en anticipant les futurs engagements en cas de déclaration de pandémie. Le Conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires allouerait et surveillerait le financement des institutions qui sont en mesure de soutenir le renforcement des capacités de préparation et d'intervention.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.